Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Le Ricaneux : une passion derrière la fabrication de vins et alcools de petits fruits

Le Ricaneux : une passion derrière la fabrication de vins et alcools de petits fruits

Qu’arrive-t-il lorsqu’on mélange une tradition familiale de production de vins de fruits et une région en plein essor? Une entreprise agricole et des gens qui travaillent sans relâche pour faire briller un terroir et une communauté. C’est justement le cocktail qu’on retrouve chez Le Ricaneux, une entreprise familiale de deuxième génération qui produit des vins et alcools de petits fruits à Saint-Charles-De-Bellechasse.

C’est dans les années 80 que Jacques McIsaac fonde Le Ricaneux après l’acquisition d’un permis de production de vins et alcools de petits fruits après des années de test avec ses amis. Si l’entreprise — aujourd’hui gérée par la fille du fondateur, Nathalie McIsaac — existe depuis plus de 30 ans, les alcools de petits fruits sont une tradition ancestrale pour la descendante d’immigrants irlandais: «Mon père a acheté la ferme dans les années 70 et il voulait faire quelque chose avec les surplus de framboise. Sa grand-mère à lui faisait toujours du vin de petits fruits et elle a été une grande source d’inspiration. Il y avait toujours du vin qui macérait dans la cuisine».

Les Ricaneux : une passion derrière la fabrication de vins et alcools de petits fruits
Boutique. Courtoisie: Le Ricaneux.

Jacques McIsaac a entre autres travaillé très fort pour faire changer la loi sur la production d’alcool pour permettre à des artisans comme lui de transformer les précieux petits fruits de la terre. Pour l’agriculteur ayant étudié en administration, il était impératif de pouvoir partager cette passion et ce savoir qui existait en secret dans les cuisines du Québec. Pour sa fille, il y a encore du travail à faire: «Le cadre législatif actuel date toujours de l’époque de la prohibition, ça fait en sorte que c’est plus difficile de vendre nos produits en épicerie. On peut vendre les vins dans les épiceries fines et les dépanneurs, mais pas les vins fortifiés.»

Des vins au musée et la promotion d’une région

L’entreprise offre aujourd’hui une panoplie de vins et de crèmes de petits fruits, mais aussi des produits alimentaires comme des saucissons et des gelées pour accompagner les apéros. En plus des produits directement issus de la ferme, il est possible d’aller passer un moment à la ferme pour visiter la terre et les installations.

«C’est certain que nos boissons comme la crème de sureau et la crème de framboise sont dans mes produits préférés. Mais, pour moi, la visite de l’économusée des petits fruits est aussi une des choses que je préfère. Quand vous venez visiter chez nous, vous avez une visite unique à chaque fois parce que tous nos employés font la visite à leur manière», explique Nathalie McIsaac.

Les Ricaneux : une passion derrière la fabrication de vins et alcools de petits fruits
Économusée. Courtoisie: Le Ricaneux.

La passion de Nathalie ne s’arrête pas à son entreprise, mais à toute sa région. «Pour une région comme la nôtre, c’est certain que l’union fait la force, on a fait une petite route des vins dans Bellechasse pour que les gens viennent prendre le temps de prendre le temps. Au début on était trois avec une route de vins et aujourd’hui on a une route des vins et alcools avec six producteurs dans Bellechasse seulement. Ça permet de venir passer la fin de semaine dans la région».

Un amour de la terre qui se partage

«Les visites permettent une proximité avec les consommateurs, et ça nous permet de comprendre ce qu’ils recherchent. On voit aussi que les consommateurs évoluent et qu’ils connaissent de plus en plus les produits qu’ils aiment et qu’ils consomment.» Et si le producteur gagne beaucoup de ces visites, pour Nathalie, c’est une très belle façon de démontrer l’expertise de son équipe et la beauté du terroir qu’ils exploitent.

Les Ricaneux : une passion derrière la fabrication de vins et alcools de petits fruits
Les mains des artisans Crédit: Valérie Caron

«Quand les gens viennent nous visiter, ils peuvent aussi voir que malgré le fait qu’on n’a pas de certification bio, toute notre production est faite sans produits chimiques». C’est un choix qu’on peut observer chez de plus en plus d’agriculteurs qui se distancient des produits chimiques sans pour autant tenter d’avoir une certification qui peut parfois être coûteuse et qui a un impact sur le prix demandé aux consommateurs. C’est aussi un choix pour la pérennité du terroir pour que plusieurs générations puissent encore en profiter.

Le Ricaneux

site web | facebook | instagram

Pour d’autres articles, consultez notre dossier Tourisme local : (re)découvrir les régions du Québec.

Close