Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
« Tout sauf des conditions parfaites » : Entrevue musico-bouffe avec ALIAS

« Tout sauf des conditions parfaites » : Entrevue musico-bouffe avec ALIAS

À l’occasion de la sortie de son nouvel EP intitulé IT’S NOT FUNNY SO STOP SMILIN’ le 13 août, ALIAS se laisse séduire par l’idée de répondre à quelques-unes de nos questions pour une entrevue musico-bouffe. 

On y découvre un artiste qui s’est frayé un chemin dans le monde de la musique, en quittant la France pour les terres du Canada, et pour qui les relations amoureuses dans son enfance étaient tout autant un challenge que le sont ses relations avec la bouffe encore aujourd’hui.

Parle-nous de ton parcours musical. Comment en es-tu arrivé là?

J’ai commencé le drum en jazz en France, mais j’ai toujours aimé jouer de plusieurs instruments pour pouvoir être indépendant dans la composition. En 2014, je me suis lancé les yeux fermés au Canada. J’ai passé mon premier appel pour une job dans la musique au Studio XS avec Jean phi Goncalves, puis j’ai gardé cette job pendant pratiquement 7 ans. À ce moment, j’ai développé mon parcours en faisant plein de rencontres (Beyries, Joelle Robillard de Musique Nomade, Anachnid, Quentin Condo aka Q052, Paco mon gérant, les musiciens de Alias, etc.) !

Comment décrirais-tu ton univers?

Je veux toujours être encore plus psyché, plus fou, mais je reste toujours pop! Damn it!
Plus sérieusement, j’aime plein de styles de musique (surtout jazz et blues), mais je ne sais pas si tous m’influencent dans ce que je fais.
Plus précisément, je décrirais ma musique comme «pop» ish, en essayant toujours de faire un effort pour surprendre à la première écoute.

Pourquoi un EP intitulé IT’S NOT FUNNY SO STOP SMILIN’? 

Simplement car c’est une phrase du titre «Why Don’t You Wanna Dance» du EP qui sort cet été!
Quand j’étais petit, j’étais loin d’être le garçon populaire de l’école. J’étais plutôt dans la vibe grosses lunettes de vue, game boy, coupe au bol, cartable plus gros que moi… Ce qui m’amenait très souvent dans des situations assez gênantes quand j’essayais de séduire. D’où le lien avec IT’S NOT FUNNY SO STOP SMILIN’

Quelle est ta relation avec la nourriture?

J’adore manger, mais je culpabilise tout de suite après! Je mange un repas par jour, le soir. 
Je ne mange pas devant mes amis. Si je mange je m’arrête de boire, donc je préfère manger plus tard.
Et quoi de mieux qu’un bon plateau-télé devant un bon Tom et Jerry?

Quel type de musique écoutes-tu lorsque tu es aux fourneaux?

Obviously Jazz !!!

As-tu des must en cuisine ou un plat signature?

Oui! Rāmen-saucisse! Ça paraît ridicule comme ça, mais j’y mets beaucoup d’amour.

Quel est ton plat de prédilection quand tu bosses sur une nouvelle chanson? Est-ce que ça influence ta productivité? 

Double Jameson sur glace. (C’est de la céréale quelque part…)

Quelles sont, pour toi, les conditions parfaites pour faire de la musique? Et de la cuisine?

Pour que je cuisine ou fasse de la musique, pour que je sois inspiré ou créatif, je veux tout sauf des conditions parfaites. C’est boring quand tout fonctionne, j’aime ça les contraintes.

Quel est le meilleur assemblage repas-musique que tu aies expérimenté?

Jazz-whisky? Ou alors cette fois où mon cher ami Quentin Condo nous a fait goûter du saumon fumé comme t’as jamais goûté et qu’on jam tous sur le parking en même temps. 

Peux-tu nous parler de ta plus récente découverte musicale?

J’ai découvert une musique vraiment réconfortante, celle de Phyllis Dillon (Chanteuse jamaïcaine des années 60).

Y-a-t-il un endroit au Québec qui t’inspire pour ta musique?

Je dirais Montréal! Entre le village et la fourmilière. Mais j’aimerais beaucoup prendre une semaine ou deux, partir en Gaspésie pour écrire des histoires de fantôme.

Parle-nous de ta prochaine tournée à travers le Québec! Recommandes-tu des arrêts sur la route?

Je vais tout découvrir! Vous avez des recommandations vous?
Très hâte de partir sur la route avec mes amis. 
On est vraiment tous très proches dans le band. On a tous un caractère différent (de merde), mais on se complète tous très bien. Puis l’expérience nouvelle pour moi, c’est que je vais devoir manger devant eux tous les soirs.

Pour les curieux qui souhaitent voir ALIAS en spectacle, voici ses dates de tournée :

29.09 : Le Minotaure (Gatineau, Qc)
30.09 : La Petite Boîte Noire (Sherbrooke, Qc)
01.10 : Le Zaricot (Ste Hyacinthe, Qc)
04.11 : Côté Cour (Jonquière, Qc)
05.11 : L’Anti (Québec, Qc)

ALIAS

site web | facebook | instagram

Close