Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Bibliothèque de Semences virtuelle : un projet vert aux programmes inspirants

Bibliothèque de Semences virtuelle : un projet vert aux programmes inspirants

Récupérer et redistribuer des semences directement à la maison, créer des variétés résilientes aux changements climatiques et découvrir plusieurs variétés d’un même légume ou fruit, c’est le projet de la Bibliothèque de Semences imaginé par la Sherbrookoise Béatrice Thomassin-Demers dont les programmes visent à détourner les semences inutilisées du rebut.

Étudiante en environnement à l’Université de Sherbrooke, Béatrice Thomassin-Demers devait penser à un projet qui allait avoir un impact positif au niveau environnemental et social. Elle a choisi une bibliothèque de semences virtuelle.

«N’importe quel Québécois peut s’inscrire au programme et commander des semences, explique la Sherbrookoise. Je fais ça en ligne pour toucher plus de personnes et parce qu’avec la Covid, c’est plus difficile de faire ça en présentiel.»

Crédit photo: Bibliothèque de Semences

Un programme de récupération et de redistribution de semences inutilisées est en cours. «J’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de semences qui se perdent parce que les gens ne les ramassent pas ou n’utilisent pas tout le sachet. Je travaille présentement sur une ferme biologique, et mon superviseur a fait beaucoup de tests de semences. Il en a jeté beaucoup parce que les légumes ne produisaient pas assez pour ses paniers biologiques. Par contre, pour les gens à la maison qui n’ont pas besoin d’avoir un grand rendement, c’est parfait. J’ai donc décidé de les récupérer et de les donner au prochain pour éviter le gaspillage et développer l’agriculture urbaine avec des potagers à la maison», explique Mme Thomassin-Demers.

Les personnes intéressées doivent d’abord s’inscrire comme membres, puis remplir un formulaire en ligne pour demander jusqu’à trois catégories de fruits ou légumes par mois. Elles recevront ensuite trois variétés de chaque catégorie, en fonction des stocks. Depuis sa création, la Bibliothèque de Semences a enregistré 20 membres et fait environ 35 envois. Les semences viennent de partenaires comme Le Jardin Collectif de l’UdeS et Les jardins de l’écoumène.

Crédit photo: Bibliothèque de Semences

Des variétés locales résilientes

Un programme de création de variétés locales résilientes aux changements climatiques, aussi appelées landrace, est en développement.

«En ce moment, les semences qui sont créées en laboratoire sont pensées pour des climats très spécifiques, rapporte l’étudiante. Ce qu’on voit avec les changements climatiques, c’est qu’il y a beaucoup de fluctuations, les saisons ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre. Avec notre programme, on laisserait s’autopolliniser et on polliniserait entre elles différentes variétés d’une même espèce dans des conditions qui ne seraient pas optimales. On récolterait alors celles qui ont le mieux survécu pour développer des variétés plus résilientes.»

Béatrice Thomassin-Demers doit trouver 4 à 5 familles qui ont des connaissances en agriculture et qui voudraient se lancer dans le projet l’année prochaine. D’ici là, elle continue de faire de la sensibilisation.

🌱Bibliothèque de Semences

site web | facebook

Close
0