Close
Close

Votre panier est vide.

Des expositions à découvrir au mois de mars à Montréal

Des expositions à découvrir au mois de mars à Montréal

〰️ «Déplacements», Jean-Benoit Pouliot à la Galerie Hugues Charbonneau. Du 4 mars au 11 avril.

Jean-Benoit Pouliot, Twisty, 2020.

«Captivé par les enjeux liés à la réception de l’œuvre d’art à l’ère numérique, Jean-Benoit Pouliot présente un nouveau corpus dans lequel il numérise différents tableaux abstraits en effectuant une série de gestes et de manipulations venant créer des distorsions visuelles. Le titre Déplacements, renvoie à la gestuelle de l’artiste au moment de numériser les œuvres – tels des mouvements de rotation et de translation, pour ne nommer que ces exemples. Ici, ce n’est pas le tableau lui-même qui est rendu visible, mais seulement la médiatisation que l’artiste en a fait. Le résultat produit des glissements, des torsions, des glitchs et une pixellisation de la matière picturale.» événement facebook

〰️ «Mawonaj: une histoire de famille», Eddy Firmin à la Maison Haiti. Du 4 au 26 mars.

«Originaire de la caraïbe française (Guadeloupe), Eddy Firmin est Artiste-chercheur. Docteur en Études et Pratiques des Arts de l’Université du Québec à Montréal [Canada] et détenteur d’une maitrise de l’école d’art visuel du Havre-Rouen [France], il est directeur de publication de la revue décoloniale Minorit’Art. Dans ses œuvres, il interroge les logiques transculturelles de son identité ainsi que les rapports de forces qui s’y jouent. Au plan théorique, il travaille à une Méthode Bossale, soit une proposition de décolonisation des imaginaires en art.» événement facebook

〰️ «Terre égarée», Laura Peturson à l’Atelier Circulaire. Jusqu’au 28 mars.

«Terre égarée (Wasteland/Wanderland) est une installation immersive composée d’impressions en linogravure et xylogravure. Celle-ci met en scène des enfants explorant un monde merveilleux, bien que dystopique. Ces personnages naviguent dans un paysage confus, habité d’espèces invasives et génétiquement modifiées. Agissant comme archétypes de la littérature pour enfants, ils paraissent à la fois déterminés et vulnérables. Cette installation narrative saisit ainsi une certaine expérience de la jeunesse en interrogeant l’idée de place, qu’elle soit géographique, au sein d’une structure familiale ou dans l’intériorité qui forme l’identité d’une personne. Laura Peturson est une artiste du Nord de l’Ontario dont la pratique se situe au croisement de la gravure, du dessin et de la peinture. Son travail utilise la narration pour explorer les thèmes de l’enfance, du genre et du lieu.» plus d’infos

〰️ «Mélanger les histoires», Mel Arsenault à La Guilde. Jusqu’au 19 avril.

«La Guilde est fière de présenter l’exposition Mélanger les Histoires, la première exposition solo de l’artiste émergente Mel Arsenault. Du 28 février au 19 avril 2020, La Guilde vous convie à découvrir vingt-cinq œuvres comprenant l’assemblage de céramique, de photographie, d’installation et de vidéo. L’artiste est reconnue pour ses assemblages miniatures en céramique de dimension variable où la couleur joue un rôle prépondérant. Ses compositions répondent à la hiérarchie du langage pictural, à travers la chronologie de l’histoire de l’art et les règles de la perspective. Ainsi, différents temps et courants artistiques coexistent dans ces compositions. De ce fait, elle remet en question à la fois l’histoire de l’art et l’histoire tels que nous les comprenons aujourd’hui.» plus d’infos

〰️ «Chant du cygne», Shary Boyle, Delphine Hennelly, Annelie McKenzie et Claire Milbrath à Projet Pangée. Jusqu’au 4 avril.

Delphine Hennelly.

«S’intéressant à l’exubérance et à la théâtralité, à la frivolité du style baroque et à celle de son cousin extravagant, le rococo, cette exposition fait écho à notre temps, grâce à l’illusion soutenue d’abondance, illusion exacerbée par la certitude d’un déclin inévitable. Ayant pour motifs l’excès et les rêves clinquants, Chant du cygne aborde la complaisance destructrice qui a marqué l’histoire et qui marque aussi notre présent — ce qui mûrit jusqu’à la pourriture métaphorise la fuite et l’évitement, mettant en lumière la dichotomie de notre époque.» plus d’infos

〰️ Le festival Art Matters présente une douzaine d’expositions à travers la métropole. Jusqu’au 29 mars.

«Art Matters est dirigé par les étudiants.es et pour les étudiant.es et ce depuis maintenant 20 ans, dans le but de créer des opportunités d’emplois et de création qui mettent en valeur les artistes en début de carrière de toutes les disciplines. Les oeuvres présentées varient du théâtre aux nouveaux médias, de la danse à la sculpture, du design à la littérature et des films et à la musique – Art Matters fait savoir que l’art importe!» Toute la programmation par ici.

〰️ «Maison modèle II», exposition collective au Centre d’art et de diffusion CLARK. Jusqu’au 14 mars.

«Pour la deuxième édition de son exposition-bénéfice annuelle, le Centre CLARK revoit le concept en confiant sa Maison modèle à l’artiste Mathieu Beauséjour. Cette fois-ci, les espaces du centre seront transformés en château façon DIY. On y trouvera des œuvres et des objets domestiques créés par une sélection d’artistes talentueux de différentes générations, dont certains membres actifs de CLARK.» plus d’infos

〰️ «SVP», Brett Barmby à la galerie AVE – Arts Visuels Émergents. Du 12 mars au 8 avril.

«SVP est une exposition documentant les façons dont les gens essayent de réserver une place de parking. Fabriqués par des citoyens ordinaires sans apparemment aucun souci esthétique ou impulsion créative conscients, ces assemblages de meubles, d’équipements sportifs, de produits de nettoyage et de matériaux de construction semblent apparaître d’un léger désespoir principalement le 1er juillet, la journée (non)officielle du déménagement pour la plupart des locataires au Québec. Il s’agit d’un système incroyablement clair et efficace pour réserver une place pour le camion de déménagement, tout en étant inconsciemment organisé et dépourvu de toute langue ou spécificité au-delà de la délimitation de l’espace à être occupé.» événement facebook

〰️ «Les formes d’ondes 2020», exposition collective au Centre d’exposition de l’Université de Montréal. Jusqu’au 4 avril.

«Découvrez les installations retenues pour cette édition dont celle de Estelle Schorpp avec Ecosystème(s) qui s’inspire des techniques de communication des insectes orthoptères afin de plonger le visiteur au cœur d’un microcosme sonore dont sa présence modifie parfois l’équilibre de l’environnement. Les failles sur ta langue de Marc-André Labelle fait partie d’une série de travaux explorant les relations entre un dispositif autonome (oscillateur mécanique) et divers instruments permettant de créer de manière harmonieuse une musique unique. Spectre, de Laura Criollo, est une installation interactive où l’on entrevoit la métaphore de l’incertitude, tout en explorant les dualités visible/invisible et audible/inaudible.» événement facebook

〰️ «La matérialité photographique», exposition collective à La Castiglione. Jusqu’au 4 avril.

Crédit: Martin Désilets et Patryk Stasieczek

«Cette exposition à la galerie La Castiglione aborde la notion de matérialité photographique dans un contexte où les procédés argentiques et numériques font toujours communément partie des pratiques et même des préoccupations en création contemporaine. Elle a pour objet de contribuer à une réflexion sur la matérialité photographique en tant que condition d’existence de l’image et des œuvres, sur leurs fondements au regard des pratiques actuelles et sur la nature de l’expérience qui en découle. Elle tente aussi de souligner sous certains aspects la complexité de notre rapport au réel et à la représentation, de l’ordre de la quête, que chaque artiste expérimente à sa manière.»

〰️ «Nordic Rock», Vikky Alexander à la Fonderie Darling. Jusqu’au 10 mai.

«Dans la foulée d’une rétrospective en 2019 à la Vancouver Art Gallery, Vikky Alexander propose avec l’exposition Nordic Rock une installation précieuse et chargée de fantasmes, qui contraste avec la salle brute et imposante de la Fonderie Darling.

Cet écrin industriel abrite de fragiles sculptures représentant de façon très stylisée des éléments de mobilier de design intérieur, tels un lit, une chaise, un banc. Fabriquées à partir de verre dichroïque, dont la matière irisée reflète la lumière en un spectre de couleur, ces sculptures minimales d’une délicatesse extrême sont présentées sur des piédestaux, sorte d’îlots disposés dans l’espace visant à renforcer leur inaccessibilité. À la manière de bijoux ou de pierres précieuses, captant et renvoyant la lumière, ces objets dysfonctionnels, qui ont pour but de séduire et de stimuler le désir, attirent autant qu’ils figent le regardeur. Leur surface, à la fois miroitante et transparente, joue subtilement avec la patine et l’architecture du bâtiment patrimonial. Paroxysme du luxe, ces œuvres tendent à révéler l’extrême tension entre un ancien quartier ouvrier et le massif développement immobilier actuel, destiné à une population de bien nantis.» plus d’infos

〰️ «Je suis», Michael Eddy à la Fonderie Darling. Jusqu’au 10 mai.

«Pour sa première exposition personnelle au Canada, l’artiste montréalais Michael Eddy réunit diverses formes récentes de son travail, dont ses impressions de scènes de la vie contemporaine, ses vidéos intimistes et ses personnages humanoïdes. Intitulée Je suis, l’installation constitue un ensemble hétéroclite et contrasté qui défie toute interprétation hâtive, ou simpliste.» plus d’infos

〰️ «Ce qui n’est plus pas encore», Miryam Charles, James Nicholas Dumile Goddard, Rochelle Goldberg, Fallon Simard, Malena Szlam et Syrus Marcus Ware à la Galerie Leonard & Bina Ellen Art Gallery. Du 5 février au 4 avril.

Malena Szlam, ALTIPLANO, 2018. Vue d’installation de l’exposition Ce qui n’est plus pas encore à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Photo: Paul Litherland

«Ce qui n’est plus pas encore repose sur la prémisse que l’apocalypse n’est pas à venir, mais en cours. En se détournant des scénarios habituels évoquant l’extinction planétaire, les artistes de cette exposition suggèrent des reconfigurations de nos récits apocalyptiques en insistant sur le fait que la fin est plurielle, qu’elle survient et qu’elle a déjà eu lieu, qu’elle se répartit inégalement dans le temps et dans l’espace.

Selon le modèle biblique, l’apocalypse se fonde sur la révélation, une vision de fin des temps qui mène à un dévoilement. Dans l’exposition, ce sont les diverses manifestations qu’incarne cette révélation face à la catastrophe qui font l’objet d’une attention particulière, de même que la façon dont chacune offre une perspective sur les problèmes, conflits, dynamiques sociales et histoires qui, bien qu’omniprésents, demeurent invisibles.» événement facebook

〰️ «Fake Abstract», Lino Largo à la galerie Robertson Arès. Du 20 mars au 11 avril.

«Le travail de Lino Lago joue avec les références classiques, explorant à travers elles, le rapport à l’art. Contrastant l’abstrait et le figuratif, l’artiste questionne la place de l’œuvre d’art dans le monde contemporain, et plus particulièrement celle de la peinture. Ses œuvres d’art font partie de collections telles que la Harvard Business School, le Flint Institute of Arts, le MEAM Art Museum, la Barcelona Fundacion Abanca Bank et bien d’autres. Il a reçu le prestigieux prix du Concours de peinture BMW de la Reine d’Espagne.

Son travail a paru dans de prestigieuses publications internationales telles que The New York Times et Vogue Italia et a été présenté dans le magazine Fuera de Serie comme l’un des artistes dans lesquels investir.» plus d’infos

〰️«Exit Bonaventure and other observations», Peter Harris à la Galerie D’Este. Du 5 au 29 mars.

«Les peintures de cette exposition forment une collection d’observations faites sur le paysage urbain dans ma ville natale de Toronto, et lors de visites à Montréal et à Madrid. Ce sont les endroits ordinaires qui font partie d’une routine quotidienne qui captent mon intérêt: les stations de métro, les aéroports, les zones commerciales et les vitrines commerciales. Je choisis des endroits exemplaires de leur environnement urbain local, banals, que beaucoup traversent sans s’arrêter. Pour cette raison, j’aime explorer ces endroits en tant que sujets potentiels pour mes peintures, en attirant l’attention sur les oubliés. Je me mets au défi de m’engager dans une observation lente et délibérée de ces locaux à la fois pour leur forme architecturale et leurs détails uniques. J’étudie l’effet transformateur de l’éclairage sur les structures en apercevant comment cela modifie mon interaction personnelle avec le site en ce moment.» événement facebook

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓