Close
Close

Votre panier est vide.

Locales, accessibles et écoresponsables: la recette gagnante des Trappeuses

Locales, accessibles et écoresponsables: la recette gagnante des Trappeuses

Les Trappeuses, qui se décrivent comme étant mi-sorcières, mi-vulgarisatrices, sont un trio d’amies dont la mission est de démocratiser un mode de vie écoresponsable et minimaliste. Sur leur blogue, ces femmes engagées partagent des recettes de cosmétiques ou de produits ménagers maison et s’expriment sur divers sujets tels que le zéro-déchet et le véganisme. Rencontre avec l’une des cofondatrices, Audrey Woods.

Que font les Trappeuses, exactement?

C’est un projet entièrement féminin qui est né d’un désir de partager une façon de consommer plus sainement, en utilisant des produits corporels et cosmétiques écoresponsables issus de savoirs traditionnels. Notre cheval de bataille, c’est le fait maison. Nous avons d’ailleurs publié un livre, À fleur de pots aux Éditions de l’Homme, dans lequel nous partageons des recettes pour la peau et les cheveux.

Nous avons aussi ouvert une boutique nommée Les mauvaises herbes le 29 novembre dernier, sur la Plaza St-Hubert où l’on vend des produits écoresponsables et des ingrédients en vrac. Des accessoires écoresponsables y sont également disponibles pour la cuisine et la salle de bain. Pour Noël, on a proposé une crème thématique du temps des fêtes en vrac, c’est parti comme des petits pains chauds!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le saviez-vous? 👀⁠ ⁠ Trois ingrédients suffisent pour fabriquer un baume à lèvre: ⁠ 👉une huile⁠ 👉un beurre⁠ 👉une cire⁠ ⁠ C’est une des recettes qu’on conseille le plus à la boutique aux client.es qui commencent à faire leurs cosmétiques. Parfois on aime gâter nos babines et nos narines en lui ajoutant de l’huile essentielle de sapin baumier! 👄⁠ ⁠ Fabriquez-vous votre baume à lèvres? ⁠ ⁠ 📷 @morinjacinthe⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ ⁠ #montreal #mtl #livemontreal #mtlmoments #city #boutique #local #ecofriendly #ecofriendlyliving #ecoresponsable #faitauquebec #shoplocal #economielocale #zerowaste #zerodechet #lestrappeuses #jesuisunemauvaiseherbe #ecoliving #nonauplastique #localbusiness #zerogaspi #bio #ecologique⁠

Une publication partagée par Les Trappeuses (@lestrappeuses) le

Quels sont les défis dans la gestion d’un projet écoresponsable?

Faire des choix durables et locaux est un défi. Cela prend beaucoup de temps de recherche, c’est tout un travail en soi. Actuellement, on est en train de se procurer des ingrédients moins connus, mais plus locaux, comme le beurre de citrouille ou le beurre de chanvre. Il faut aussi s’assurer que les ingrédients qu’on se procure soient abordables pour les gens, magasiner les bons fournisseurs. On travaille fort pour convaincre du bénéfice des produits naturels par rapport aux produits conventionnels.

Un autre enjeu est celui de démarrer une entreprise en général, soit essayer d’aller au-delà de la simple vente de produits pour sortir de ce pattern de mise en marché en partageant des valeurs. C’est très important, et cela demande beaucoup d’investissement personnel. Par exemple, la gestion du blogue, lancé en 2014, a impliqué du travail bénévole pendant 4 ans. Même chose pour la gestion de communauté sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, on a une employée qui s’occupe de cela.

«Je ne me doutais pas qu’autant de monde puisse s’intéresser au mode de vie écoresponsable, j’avoue que cela m’a surprise au début.»

Comment a débuté l’aventure des Trappeuses?

J’ai rencontré Mariane Gaudreau en 2007 à l’Université, on étudiait toutes les deux en anthropologie, volet archéologie. Marianne est partie faire un doctorat à Vancouver, où le marché des produits naturels était beaucoup plus développé qu’au Québec. Elle s’y est intéressée et, à force de m’en parler, j’ai moi aussi commencé à fabriquer mes propres produits. On a finalement décidé de se partir un blogue, car plusieurs personnes de notre entourage nous demandaient nos recettes. Marie Beaupré, l’autre fondatrice, s’est jointe à l’aventure dès les débuts du blogue, en 2014.  

Puis, on a ouvert la boutique en 2019 après une campagne de sociofinancement. Cela a vraiment bien fonctionné, le projet a pris de l’expansion rapidement grâce aux gens qui nous suivent. Nous avons dépassé nos objectifs, initialement de 20 000$, en atteignant 100 000$ ! On a embauché notre première employée en novembre, et un an plus tard, on était 15!

Les fondatrices des Trappeuses. Crédit: Jacinthe Morin.

Comment expliquez-vous ce succès?

Avec le recul, je me dis que les gens étaient prêts à accueillir ce genre de projet, un changement était déjà en train de s’opérer dans les esprits. Je ne me doutais pas qu’autant de monde puisse s’intéresser au mode de vie écoresponsable, j’avoue que cela m’a surprise au début. On était abasourdies par le succès, l’engouement des gens. C’est très flatteur! Je crois aussi que cela est lié à une meilleure accessibilité à ce mode de vie là. La fabrication de produits est de plus en plus populaire, car la plupart des ingrédients demeurent abordables. Certains sont plus dispendieux, mais on peut tellement faire de recettes avec que cela devient économique en fin de compte.

De quoi êtes-vous la plus fière depuis le début?

Quand on a démarré la boutique en ligne, j’étais enceinte, anxieuse et je ressentais beaucoup le complexe de l’imposteur. Je suis fière aujourd’hui d’avoir surmonté les défis, de pouvoir me dire que j’ai accompli tant de choses. J’ai appris beaucoup sur le tas, en termes d’entrepreneuriat et d’administration, de comptabilité. Réussir à équilibrer la vie de nouvelle maman avec celle de jeune entrepreneure n’était pas évident non plus, mais je crois que je me débrouille pas mal.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

ENSEMBLE DE DÉPART ❤️⁠ ⁠ S’il y a bien quelque chose que nous aimons de notre métier, c’est vous rencontrer à la boutique pour parler cosmétiques maison! Que vous soyez novice ou sorcière diplômée, vous êtes nombreuses à nous demander des idées de produits à offrir à quelqu’un qui souhaite rentrer dans le monde merveilleux des beurres, des lotions florales et des shampooings DIY.⁠ ⁠ Pour ça, nous avons préparé un ensemble de départ qui rassemble nos 10 ingrédients favoris et qui permet de faire la majorité des recettes de notre livre (et blogue!) sans acheter de gros format. ll contient du beurre de karité*, de l’huile de tournesol*, du vinaigre de cidre*, de l’huile de jojoba*, des fleurs de calendula*, de la fécule d’arrow-root bio*, un hydrolat de lavande, de l’argile blanche, de la poudre de camomille* et de la cire de candelilla! ✨⁠ ⁠ *certifié biologique⁠ ⁠ 👉 https://bit.ly/2E0vxMS⁠ 📷 @sameravenelle

Une publication partagée par Les Trappeuses (@lestrappeuses) le

Quelle recette appréciez-vous/recommandez-vous particulièrement?

Celle du déodorant! C’est une recette très simple avec du bicarbonate de soude, du beurre karité et un peu d’huiles essentielles. Même chose pour les beurres pour le visage qui fonctionnent avec tout type de peau. Cela a bouleversé ma routine de soins. En connaissant ces recettes, je sais que je n’irai plus jamais m’acheter de produits à la pharmacie.

🌸 Les Trappeuses

site web | facebook | instagram

🔎 Continuez votre lecture: Mme L’Ovary: La révolution de la petite culotte

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓