Close
Close

Votre panier est vide.

L’Espace Public: Faire vivre la communauté et cultiver l’entraide entre deux bières

L’Espace Public: Faire vivre la communauté et cultiver l’entraide entre deux bières

Établie en 2012 et située en plein cœur d’Hochelaga, la microbrasserie L’Espace Public est devenue au fil des années un haut lieu de partage dans le quartier et a su bâtir une véritable communauté au cours des années. Plusieurs initiatives altruistes animent son équipe.

Pour renforcer ce lien avec la communauté, la microbrasserie organise divers événements caritatifs en faveur de plusieurs organismes sociaux du quartier. Pour nous en parler plus en profondeur, rencontre avec Valérie Guerriat, responsable des communications et de l’événementiel de L’Espace Public. 

Faire vivre la communauté 

«À la base, les propriétaires de la brasserie, ce sont quatre gars de région qui voulaient recréer un espace où tout le monde se sent le bienvenu comme on peut en trouver [en région]. Grâce à notre permis artisanal, même les enfants sont acceptés jusqu’à 20h. Ça crée des liens, affirme Valérie Guerriat. On a une connexion vraiment forte avec tous les organismes communautaires du quartier. Environ une fois par mois, on a un brassin staff qui permet de mettre en lumière, un par un, chacun de nos employés. C’est une occasion de faire un portrait un peu plus intime et personnel sur les personnes qui travaillent pour nous.»

Chaque employé, à tour de rôle, choisit un organisme communautaire auquel il veulent verser une partie des profits. «C’est l’occasion de mettre en lumière des organismes communautaires qui ont des mandats auxquels on croit beaucoup. Ça va du Carrefour Parenfants jusqu’aux initiatives qui font la promotion du sport en passant par les personnes qui travaillent avec des itinérant.es», poursuit la responsable communications et événementiel.

Une partie de l’équipe de L’Espace Public. Crédit photo: Valérie Guerriat.

De la bière contre des chaussettes et sous-vêtements 

Tous les ans, la microbrasserie propose un brassin des fêtes, une bière bien costaude et enveloppante. «Généralement, ça prend l’allure soit d’une stout impériale ou d’un vin d’orge délicieux et très gourmand. Les profits de ce brassin vont à l’organisme GCC La violence! qui aide les communautés en situation de pauvreté extrême et notamment les jeunes enfants afin qu’ils sortent de ce milieu.»

De plus, pour la première fois cette année, la microbrasserie a décidé de lancer une collecte de don en nature. L’opération est déjà en cours depuis le 1er décembre et se poursuit jusqu’à la fin du mois. «Dans cette optique-là, on a choisi pour le temps des fêtes d’être cohérent et d’accueillir des dons en nature sous forme de chaussettes et de sous-vêtements pour les personnes sans-abri. À chaque fois qu’un client apporte des sous-vêtements neufs ou en bon état, nous on lui offre un verre de bière. C’est une façon d’inviter les gens à s’impliquer», ajoute Mme Guerriat. Avis donc aux amateur.trices de bières, si vous souhaitez faire une bonne action tout en dégustant un bon breuvage artisanal, c’est le moment! 

Un lieu d’échanges

Tous ces petits gestes font une différence. «Ça rend les clients conscients de l’existence de ces organismes. On en parle sur nos réseaux sociaux, on permet à nos clients de connaître ces communautés et les travailleurs et travailleuses de ce milieu. Ça crée un beau réseau d’entraide, soutient Valérie Guerriat. Par exemple, l’organisme Interligne qui travaille avec les communautés LGBT+, ils sont devenus des partenaires, mais également des amis et on les voit souvent au bar! Ça fait naitre des contacts entre des communautés qui pourraient ne pas se parler en temps normal. Ça donne de la confiance au monde et les gens se sentent renforcés.»

Mme Guerriat croit aussi que ces engagements communautaires tournés vers l’entraide changent doucement le regard que le grand public porte sur les microbrasseries. «On veut que nos produits restent accessibles, désaltérants et procurent du plaisir. Parfois on fait des Tap Take Over qui consiste à inviter ou se rendre dans une autre microbrasserie. Et, le 21 décembre, on invite Le Temps d’une pinte qui est une brasserie très ouvrière avec des valeurs populaires très similaires.»

➡️ Si vous désirez en savoir plus sur L’Espace Public, vous pouvez visiter le site de la microbrasserie. 

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓