Close
Close

Votre panier est vide.

4 conseils pour un Noël zéro déchet (ou presque!)

4 conseils pour un Noël zéro déchet (ou presque!)

La montagne de papiers cadeaux déchirés jonchant le sol et les restes de repas pantagruéliques vous ont laissé un goût amer l’année dernière? Et pourtant, quelques gestes et un zeste de créativité suffisent à améliorer l’écoresponsabilité de nos fêtes de fin d’année. Nous avons recueilli les conseils d’Élodie Briant, présidente de l’Association Québécoise Zéro Déchet (AQZD) pour profiter pleinement de Noël, sans ressentiment écologique!

Inverser ou dématérialiser son calendrier de l’avent

À Noël, Élodie Briant aime appliquer la règle d’or qui la guide au quotidien: «RRR» pour «refuser ce dont on n’a pas besoin, réduire ce dont on a besoin et réutiliser». En commençant par le traditionnel calendrier de l’avent. «Au lieu de recevoir quelque chose chaque jour, on peut retirer quelque chose pour en faire un don», suggère la présidente de l’AQZD. Que vous donniez à vos amis ou à une association, c’est bon pour la dé-consommation. «On peut aussi faire un calendrier zéro déchet en donnant des bons cadeaux pour des moments», propose Élodie Briant. Une sortie au cinéma, un après-midi de patinage, une soirée en amoureux ou une activité de jeux de société par exemple.

Crédit: Association Québécoise Zéro Déchet.

Privilégier les cadeaux «expérience», faits maison ou seconde main

«A-t-on vraiment besoin de se faire des cadeaux?», s’interroge d’ailleurs Élodie Briant. S’accorder du temps conscient, sans téléphone, pour passer de bons moments ensemble c’est déjà se gâter soi-même et son entourage, pense-t-elle.

On peut également offrir des cadeaux utiles et zéro déchet, par exemple acheter de l’usagé, faire des échanges de cadeaux avec d’autres parents pour les tous petits, les fabriquer soi-même (confitures, maquillage, tricots, fruits secs, etc.) ou bien privilégier une expérience (un abonnement pour un enfant, une journée au spa, un concert, etc.).

Et l’emballage? «On ne va pas acheter du papier cadeau qui va être déchiré au bout de trois secondes puis finir à la poubelle», lance Élodie Briant. On peut le fabriquer soi-même avec du papier journal qu’on décore ou encore emballer ses cadeaux dans du tissu à la japonaise (explications et tutoriel ici). Tout en étant doux avec soi-même: la perfection n’est pas le but ultime!

Crédit: homebeautiful.com.au
Crédit: lesconfettis.com

S’amuser à créer un sapin alternatif

«Nous ne sommes pas là pour nous brider en ne faisant pas de décoration», rassure Élodie Briant. On peut acheter un sapin qui sera replanté ou concevoir un sapin non végétal. «ll faut essayer d’être créatif avec ce qu’on a chez soi», conseille la présidente.

Que votre sapin soit en bois, créé avec des piles de livres ou un tipi, il n’y a pas de limites à la créativité. «Une année nous avions utilisé une vieille antenne de télévision en forme de T avec des barres, que nous avons peinte en vert pour y accrocher des boules rouges», raconte-t-elle.

Pour la décoration, il est possible de réutiliser les mêmes choses d’année en année ou de bricoler des guirlandes naturelles à base de coques de fruit, pommes de pin, bouchons de bouteille peints ou découpés, etc. Les jeunes (et les moins jeunes!) aimeront sûrement fabriquer des découpages en papier à accrocher aux fenêtres ou à poser sur la table.

Crédit: blogs.cotemaison.fr

Repas: préférer la qualité à la quantité

«On ne se sent jamais bien quand on a trop mangé!», constate Élodie Briant qui a passé son enfance autour de menus de fin d’année trop copieux. Pour un repas plaisir qui ne vous restera ni sur l’estomac ni sur la conscience, «misez sur des choses de très bonne qualité peut être un peu plus chères, et que vous ne pouvez pas vous offrir toute l’année», suggère-t-elle.

Pour réduire le gaspillage, on peut utiliser un ingrédient dans plusieurs plats, congeler ses restes pour les lunchs de janvier ou les donner. «On peut offrir ses restes de repas sur les réseaux sociaux, comme sur le groupe Facebook Veux-tu ça toi Grand Montréal?», souffle la présidente.

Finalement, l’esprit de Noël est au coeur de cette dernière question d’Élodie Briant: «L’abondance est-elle dans la consommation ou dans le partage?». Serons-nous plus riches d’une expérience conviviale ou d’une orgie de nourriture et de cadeaux? La présidente a sa réponse: «La plupart du temps, on ne se souvient pas des cadeaux qu’on a reçus, mais des moments qu’on a partagés».  

Crédit: mygreencocoon.com

Bon temps des Fêtes!

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓