Close
Close

Votre panier est vide.

Une scène entrepreneuriale montréalaise de plus en plus unie

Une scène entrepreneuriale montréalaise de plus en plus unie

〰️ En collaboration avec Bonjour Startup Montréal dans le cadre de la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat

Fragmentations et multiplication des offres de services: l’écosystème startup local a subi de nombreuses mutations ces dix dernières années. La plus importante demeure l’unification progressive de l’écosystème pour qu’une meilleure collaboration soit possible, entre entrepreneur-es, ressources et organismes de soutien. L’objectif? Que la communauté s’exprime d’une seule voix.

Montréal est présentement en 34e position des écosystèmes startup dans le monde, selon le rapport 2019 publié par Startup Génome. Un bond de dix places par rapport à son classement 2018 qui reflète la bonne santé et le dynamisme des jeunes pousses québécoises et leurs mentor-es.

Crédit Bonjour Startup Montréal.

Qu’est-ce qui rend Montréal si attractive pour le développement de startups? «L’écosystème, de façon générale, est quand même assez bien desservi», explique Manaf Bouchentouf, MSc PhD MBA PMP, Directeur exécutif et de l’accompagnement, Pôle entrepreneuriat, repreneuriat et familles en affaires à HEC Montréal. Universités, entreprises, gouvernement québécois se sont également assemblés, ces dernières années, pour offrir des financements ciblés.

La scène montréalaise en 2019 est enthousiasmante, selon l’expert. «On les compte par centaines, les initiatives qu’il y a à Montréal. Il y a énormément d’offres de service, d’accompagnement, accélérateurs, incubateurs, de programmes de financement et de programmes d’accompagnement.» Mais cette multiplication d’offres a aussi pu, par le passé, freiner le développement de quelques jeunes entrepreneur-es: trop d’offres peuvent parfois décourager.

En cours de consolidation

On compte 1 300 entreprises en démarrage et 2 800 fondateur-trices d’entreprises émergentes dans la métropole, selon les plus récentes statistiques: des chiffres impressionnants qui démontrent le dynamisme de l’entrepreneuriat montréalais actuel. «L’écosystème est encore fragmenté parce que c’est un écosystème qui n’est pas naissant, mais qui se situe dans sa phase de consolidation», nuance Manaf Bouchentouf.

Un bel exemple de rassemblement entrepreneurial rendu possible grâce à la communauté locale: le Startupfest de Montreal.
Crédit photo: Dominick Gravel pour le Startupfest, Juillet 2019.

Il y a 10 ans à peine, l’écosystème faisait ses premiers pas avec difficulté. En 2015, on comptait moins de 10 accélérateurs et incubateurs dans la métropole. Aujourd’hui, on approche la centaine de structures, lancées par des organismes privés, publics, des universités, et soutenus à divers degrés par le gouvernement québécois ou encore le secteur privé. Ce bouillonnement soudain a mené les acteurs à réfléchir sur l’identité qu’ils souhaitent véhiculer avec l’écosystème montréalais: une réflexion toujours en cours où l’identité est forte, mais reste, pour le moment, à parfaire.

Il existe aujourd’hui de nombreux endroits où se rencontrer et échanger pour soutenir la communauté entrepreneuriale. Les différents acteurs de l’écosystème ont aussi saisi l’enjeu et oeuvrent à ce que l’écosystème montréalais parle d’une voix unifiée, autant aux entrepreneur-es qu’aux investisseurs nationaux et internationaux.

Aujourd’hui, les scale-ups et les compagnies reconnues semblent communiquer davantage avec les entreprises prometteuses en démarrage. Les collaborations entre fondations et organisations sont aussi à l’honneur. «[On] commence à s’organiser, parce qu’on commence à avoir une certaine lecture commune et parce que certains programmes ont acquis de la maturité», rassure Manaf Bouchentouf.

Toutefois, ce travail de structuration est loin d’être terminé selon les acteurs et observateurs du milieu. «On peut souhaiter à l’écosystème de s’organiser de façon à créer davantage et surtout à appuyer des entreprises qui ont besoin d’une certaine confiance et d’une certaine réussite», dit Manaf Bouchentouf. Pour ce dernier, une meilleure cohérence des éléments se met doucement en place.

L’un des défis de ces prochaines années selon Manaf Bouchentouf sera de continuer à solidifier le système local, d’attirer et de retenir davantage les talents et de trouver les financements nécessaires pour accompagner les startups à tous les niveaux de leur développement. Main dans la main, les initiatives de soutiens et d’accélération continueront de croitre et de s’améliorer en même temps que les innovations qu’elles chapeautent.

La Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat a lieu du 18 au 24 novembre cette année. Consultez les nombreux événements organisés. Apprenez-en plus ici.

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓