Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Entrevue avec Daniel Lagacé, propriétaire de L’Autre Oeil

Entrevue avec Daniel Lagacé, propriétaire de L’Autre Oeil

Lignes de fût, un dossier en collaboration avec la Brasserie Beau’s

Depuis combien de temps votre bar spécialisé en bières de microbrasseries existe-t-il? 


Nous avons ouvert le 6 juin 1998, avec un menu de 23 sortes de bières (variété qui différait du secteur… faisant en sorte que nos clients pensaient que nous étions spécialisé en bières).

Combien de variétés différentes tenez-vous en fût/en bouteilles?

Maintenant, nous offrons 44 lignes de fût (plusieurs d’entre elles sont rotatives) et avons dépassé le cap des 600 [bouteilles] EN INVENTAIRE, chiffre qui sera ajusté à la baisse lors de notre déménagement cet automne, faisant place à plus de fûts.

Sentez-vous une plus grande ouverture aux bières des microbrasseries ces dernières années? Comment se traduit-elle? 

Absolument, nos fidèles en demandent… parfois même l’exigent! Avec l’augmentation des déps spécialisés (même les grosses bannières d’épicerie se forcent), les bars trendy ont tous (pour la plupart) une belle carte de bières mettant l’emphase sur le local et/ou québécois. Il est important de mentionner que les Molson/Labatt de ce monde qui distribuent des brasseries québécoises (i.e. Brasseurs de Montréal, Archibald… nouvelles acquisitions) dans les Cages aux Sports, St-Hubert, etc. fait une différence auprès des consommateurs. Malgré ces acquisitions, ça demeure des brasseries québécoises, peu importe ce que l’amateur averti en pense.

Quel type de client revient le plus souvent? 

L’amateur, celui qui aime la diversité, celui qui voyage… ainsi que nos fidèles qui aiment tout simplement notre accueil! 


Quels sont les défis particuliers à relever dans votre entreprise?

Nous sommes à l’écart de la métropole (malgré que nous soyons à quelques instants de la capitale nationale), et à l’époque où nous nous déplacions dans les festivals de bières (pas autant qu’aujourd’hui), l’accessibilité des produits a été un obstacle au début: les brasseries ne se déplaçaient pas dans notre région ou imposaient des minimums parfois élevés afin de justifier le déplacement. Aussi, dans notre cas, notre menu de bières présente au-delà de 70% d’importations privées. On parle donc ici de produits venant d’agents qui commandent 1-2-3 fois par année, une attente parfois ridicule (SAQ), des minimums d’achats (ce qui monte un inventaire), dates de péremption et j’en passe.

Comment entrevoyez-vous le marché des microbrasseries dans les prochaines années? Croissance, stabilité, ou décroissance? 

Grosse question ça… À mon avis, le marché sera encore en croissance pour les 2-3 prochaines années, mais deviendra de plus en plus serré. À chaque mois nous voyons l’arrivée de quelques nouvelles brasseries qui présentent tous un brassin de «style du moment» (ex. IPA, NEIPA, SOUR) s’assurant, pour la plupart, un succès instantané, mais qui devront travailler fort afin de maintenir une stabilité de produit (les gens se souviennent et s’attachent aux goûts et expériences gustatives et doivent les reconnaître peu importe le brassin). Au fil des années, nous avons vu quelques brasseries s’effacer par manque de stabilité de produits ou manque d’innovation ou manque de vison carrément (plate à dire mais vrai). Il est à noter que certaines brasseries innovent avec de nouveaux styles «hybrides», plusieurs superbes nectars en sont sortis, mais nous voyons déjà l’effet «n’importe quoi» parmi les amateurs et les fidèles. 

Le marché ontarien ne doit pas être sans mention… Nos voisins brassent de plus en plus. Même si le Québec a connu des (autrefois) micros ontariennes (Sleeman, Creemore, Mill Street), Beau’s assurera une entrée plus «craft» des brasseries voisines.  Je suis persuadé que d’ici quelques années, l’Ontario brassicole sera beaucoup plus présente dans notre province.

Quel est votre meilleur vendeur? 

Allons-y par style:

Tout ce qui a trait aux IPA (et dérivées): Moralité, Yakima, IPA du Nord-Est.

Quels sont vos coups de coeur des derniers six mois?

Encore par style: Les Milkshake IPA (Vox Populi, BockAle). Une mention spéciale pour les Brasseurs du Nord… oui oui, Boréale, avec ses brassins Épisodes et sa nouvelle image hyper tendance. Longtemps devenues et perçues comme les «nouvelles» domestiques (caisses de Bud/Bleue remplacées par la blonde/rousse), aujourd’hui plusieurs amateurs les redécouvrent.

lautreoeil.com | facebook.com/bistroLAO

55, rue Principale, Aylmer

Close