Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Développer un modèle de franchise selon les boutiques spécialisées Tite Frette

Développer un modèle de franchise selon les boutiques spécialisées Tite Frette

À titre de supporteur du congrès de l’AMBQ 2021, Tite Frette fait tout en son possible afin de promouvoir l’industrie et de faire avancer les parts de marchés au prochain niveau.
Avec l’expansion de ses boutiques à la grandeur du Québec dans des zones stratégiques, visibles et ciblées, des boutiques organisées, au goût du jour et des publicités axées sur le consommateur des grandes marques de bières, Tite Frette atteindra cet objectif.

———–

L’aventure de Karl Magnone et Jérémie Poupart commence en 2018 à Granby avec l’ouverture d’une boutique spécialisée en bières de microbrasseries et produits du terroir. Quelques années plus tard, l’épicerie fine devient une franchise et une véritable référence dans le domaine brassicole avec 26 franchises à la fin de 2021 à travers le Québec.

À l’occasion d’une toute nouvelle ouverture à Candiac, Baron s’entretient avec les deux entrepreneurs qui font de la bière, du vin, du cidre et du terroir leurs mots d’ordre. Après le succès du tout premier magasin dans la MRC de La Haute-Yamaska en Estrie, qui a prouvé le fort intérêt des Québécois envers les produits de la région, et l’ouverture de trois autres boutiques en deux ans, Karl et Jérémie font parler d’eux dans l’Œil du Dragon. Ils charment les deux fondateurs de YUZU Sushi avec leurs idées d’expansion, et une nouvelle étape est franchie, celle de la franchise.

Toujours en pleine croissance et constamment à la recherche de nouveaux entrepreneurs intéressés par le concept, les boutiques Tite Frette peuvent être aperçues à Montréal et dans les alentours, à proximité de la ville de Québec, au Saguenay, à Trois-Rivières, à Victoriaville, Drummondville, Saint-Hyacinthe, Granby, Sherbrooke, Saint-Jean-sur-Richelieu, Mont-Tremblant et bien d’autres! Le Québec est donc conquis par l’idée.

Baron Mag s’entretient avec Raphaël Richard, directeur fournisseur et marketing, pour nous aider à comprendre comment le concept de la franchise est le meilleur modèle pour Tite Frette. Ayant déjà été à la barre de la microbrasserie Dépareillée, Raphaël est un excellent atout chez Tite Frette puisqu’il s’assure que les intérêts des microbrasseries soient respectés.

Pourquoi le concept de la franchise? Pourquoi avoir décidé que c’était un modèle qui était intéressant pour vous?

Je pense que ça a été surtout de se poser la question: Comment peut-on faire pour augmenter les parts de marché, mais travailler de concert avec les microbrasseries et essayer de faire en sorte de leur donner les possibilités auxquelles ils n’ont pas tout le temps accès ou le temps d’y travailler?

Quand t’as ta propre micro, t’es toujours à gauche et à droite. Ça peut être assez intense. Comment peut-on développer un réseau pour faire la promotion de petites entreprises du créneau artisanal québécois? Pourquoi pas amener la structure d’un réseau de franchises qui serait capable de travailler avec une équipe à la maison-mère pour développer tous ses fournisseurs et ses partenaires.

Qu’est-ce que la franchise vous amène, plus particulièrement? Parce que vous auriez pu décider d’ouvrir vous-mêmes les succursales partout. Ça vous permet moins d’investissement?

En fait, ça avait commencé avec quatre boutiques corporatives. On a commencé avec Granby, Cowansville, Saint-Hyacinthe et Saint-Jean-sur-Richelieu. Et il ne faut pas l’oublier, c’est que c’est de la job à gérer tout ça!

Pour nous, la franchise vient nous permettre de vraiment travailler à la bonne place. Donc, il y a une équipe qui se concentre toute la semaine pour développer avec les micros, avec les vignerons, pour présenter des projets, monter des projets pendant qu’on a nos franchisés qui sont sur le terrain du travail ou du service-conseil, puis de développer leur clientèle. Alors, ça fait vraiment une très bonne équipe, et je pense que c’est la beauté d’une franchise. Des fois, oui, ça peut faire peur, on se demande si on peut perdre notre personnalité, l’ambiance, le facteur humain. Donc ça, c’est le travail qu’on doit faire parce qu’on doit sélectionner les bonnes personnes.

Alors, on en vient justement. Comment sélectionnez-vous les bonnes personnes? Les bons entrepreneurs?

En fait, on renvoie les gens sur notre plateforme web, il y a un espace «Devenir franchisé». L’étape numéro un, c’est de remplir un questionnaire qui est ensuite envoyé à notre équipe au développement dirigé par Karl Magnone.

Et après ça s’ensuit un parcours de plusieurs mois, d’entrevues et de questionnements au niveau des intérêts de l’implication. Qu’est-ce que c’est Tite Frette? Pour quelles raisons, toi, en tant qu’individu tu serais intéressé à développer avec nous, puis à prendre part au projet. Puis, il y a plus de segments de territoires parce que chaque personne, qui envoie son formulaire pour avoir possiblement une franchise, va mettre de l’avant un territoire, évidemment, probablement son propre territoire.

Alors de notre côté, avec nos chargés de projet, nous devons étudier s’il y a une faisabilité pour ce projet-là dans cette histoire-là, dans cette ville-là. Le but, c’est d’être complémentaire dans le marché et d’être capable d’être à la bonne place au bon territoire pour toujours faire en sorte qu’il y ait plus de gens qui achètent québécois, puis plus des gens qui ont décidé d’encourager, puis d’aimer ça, puis de vouloir découvrir des produits québécois. Donc, ce n’est pas de s’installer devant un autre spécialisé ou une épicerie. Tout ça est étudié pendant plusieurs semaines et mois. Puis après ça, si vraiment on a un fit, autant de personnalité que d’intérêt, les chargés de projets vont commencer le projet avec eux pour tout ce qui est accompagnement pour trouver le local, sur les corps de métiers, mais aussi sur la recherche de subventions au financement, la comptabilité, le marketing. Ce à quoi on peut parler d’une grosse année facile avant qu’on arrive au jour J.

Honnêtement, c’est de donner la fibre entrepreneuriale à des gens qui ont un intérêt commun. On fait beaucoup d’accompagnement par la suite. Mais les franchisés qui ouvrent leur Tite Frette, c’est leur boutique à eux, c’est eux qui la gèrent, c’est eux qui la développent. Mais c’est juste que, nous, on a la chance de leur donner des outils, puis d’avoir une équipe marketing aux opérations pour faire en sorte qu’ils puissent travailler à la bonne place avec leurs clients.

 

Tite Frette

site web | facebook | Instagram | Franchise | Emplacements |

Close