Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Nouvelle étude sur la décarbonisation de l’économie

Nouvelle étude sur la décarbonisation de l’économie

QUÉBEC, le 15 sept. 2021 /CNW Telbec/ – Bien que ce soient des cibles très ambitieuses, l’atteinte de la cible de réduction des émissions de GES du Québec de 37,5 % en 2030, par rapport à leur niveau de 1990, et celle de la carboneutralité en 2050, sont réalisables sur le territoire québécois, conclut un nouveau rapport de la société Dunsky Énergie + Climat préparé pour le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et rendu public ce mercredi.

Le rapport Trajectoires de réduction d’émissions de GES du Québec – Horizons 2030 et 2050, produit par la firme de l’expert en énergie, Philippe Dunsky, confirme que la situation du Québec est avantageuse pour suivre les trajectoires qui mènent à une économie décarbonisée. Avec son héritage hydroélectrique, son potentiel solaire et éolien, et grâce à la biomasse résiduelle disponible en grande quantité sur son territoire, le Québec est en effet bien positionné pour accroître rapidement la part de l’énergie qui provient de projets renouvelables sur notre territoire, aux dépens des importations de combustibles fossiles. Combiné à une amélioration importante de l’efficacité énergétique, ce virage sera bénéfique pour la création d’emplois et la croissance des secteurs économiques liés aux technologies propres.

Le rapport conclut également que le recours à des technologies sobres en carbone permettra de réduire significativement les émissions de GES, notamment l’électrification massive des secteurs des transports et des bâtiments. Le secteur industriel verra également ses émissions réduites grâce à l’électrification, mais aussi beaucoup grâce à l’efficacité énergétique et au recours à la bioénergie et à d’autres technologies permettant de réduire les émissions de procédés. Le compostage à grande échelle, la valorisation énergétique et le captage du méthane aux sites d’enfouissement apporteront, quant à eux, des réductions dans le secteur des déchets. Enfin, en agriculture, les émissions pourront être réduites grâce à la biométhanisation, à l’usage d’additifs alimentaires et à une meilleure gestion des sols.

Enfin, le rapport indique que le Québec doit rapidement réduire la demande énergétique, accélérer l’utilisation de diverses technologies sobres en carbone dans chacun des secteurs de l’économie et électrifier son économie, des moyens sur lesquels table déjà le gouvernement par l’entremise de son Plan pour une économie verte 2030 (PEV 2030).

Citations :

« Le rapport vient confirmer que les mesures du Plan pour une économie verte 2030 tablent sur les bons moyens et sur les bonnes solutions pour permettre au Québec d’atteindre ses objectifs climatiques. De même, les mesures et options technologiques prometteuses et à moindres coûts pour décarboniser l’économie québécoise mises de l’avant dans ce rapport apportent un éclairage pertinent sur les actions à prioriser pour le gouvernement dans les prochaines années, mais également pour la révision annuelle du plan de mise en œuvre du PEV 2030. Il est prévu que ce plan, je le rappelle, fasse l’objet d’une révision annuelle afin, justement, de nous donner toute la flexibilité nécessaire pour ajuster nos actions en fonction, notamment, des progrès réalisés, du contexte économique et de l’évolution des connaissances et des technologies. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

« Réduire, voire éliminer les émissions de GES est à la fois une nécessité et l’un des plus grands défis économiques des temps modernes. Notre étude offre aux décideurs une feuille de route détaillée pour informer leurs politiques, plans et investissements. Tant le secteur de l’énergie que ceux des bâtiments, des transports, de l’industrie, de l’agriculture et de la gestion des déchets sont invités à des changements importants. La marche est haute, mais le Québec est bien positionné pour réussir sa transition vers une économie sobre en carbone. Il pourrait même particulièrement bien tirer son épingle du jeu. »

Philippe Dunsky, président de Dunsky Énergie + Climat

Liens connexes :

SOURCE Cabinet du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Photo by Akil Mazumder from Pexels

Close