Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
B.lovd : Savourer l’amour de soi

B.lovd : Savourer l’amour de soi

Depuis décembre dernier, Rachelle Claveau s’est lancée dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Pour se faire, elle a combiné ses réflexions sur l’amour et l’estime de soi et sa passion pour la cuisine. C’est ainsi que l’entreprise B.lovd est née, sa propre marque de biscuits santé qui cache à l’intérieur des messages pleins de bienveillance et d’amour.

Parallèlement à sa carrière en communication et publicité, Rachelle Claveau s’est toujours intéressée à la cuisine. En 2015, elle avait même lancé son propre blogue Rachelle et Coco où elle faisait des expérimentations culinaires. «J’ai essayé de manger cru, de suivre le régime paléo, j’ai été végane aussi…», se souvient-elle. À ce moment-là, les discussions et la mode du clean-eating prenaient de plus en plus de place aux États-Unis, sur la côte ouest, mais il y avait alors peu d’équivalent en français. «Mon blogue est alors devenu assez populaire. Ça allait jusqu’en Europe!», s’étonne-t-elle encore. Déjà à ce moment-là, Rachelle pensait lancer sa propre gamme de produits. Cependant, la vie en a voulu autrement puisqu’elle est alors devenue présidente d’une agence de publicité et n’avait alors plus de temps à consacrer à ce projet.

B.lovd : Savourer l’amour de soi
Courtoisie : B.lovd

C’est finalement l’hiver dernier, en pleine pandémie, que la jeune femme s’est lancée. «J’avais un peu de temps, c’était les vacances, moins de courriels, moins de choses à faire», se rappelle-t-elle. En plus de l’envie ancrée depuis quelque temps de monter son entreprise, Rachelle vit aussi une période de réflexions profondes sur la vie et l’amour de soi.

«Tout vient de là. Si tout le monde s’aimait pour qui ils sont, ils seraient plus gentils avec les autres, plus heureux, ils feraient plus attention à eux. Il y aurait aussi moins de dépendance, de relations toxiques … C’est un sujet très large, et on en parle très peu je trouve alors j’avais envie de générer cette conversation, mais je ne savais pas encore comment», raconte-t-elle. C’est alors qu’elle a eu l’idée des biscuits, «un véhicule qui passerait des messages sur l’amour de soi».

Elle se forme alors en ligne pour comprendre la chimie derrière la pâtisserie. Un de ses objectifs était d’enlever le sucre raffiné, remplacer le sucre blanc pour faire des biscuits santé. «J’ai fait énormément de tests. Chaque semaine, ma fille de 11 ans amenait mes essais à l’école pour que tout le monde puisse goûter et me donner des commentaires afin que je m’améliore», explique-t-elle. Après plusieurs mois, en juillet dernier, les deux premiers biscuits, un classique aux pépites de chocolat et un tout chocolat sont prêts à être dégustés par le grand public.

B.lovd : Savourer l’amour de soi
Courtoisie : B.lovd

De l’amour à partager

«J’ai la ferme conviction que pour avoir du succès, il faut s’entourer. Le succès est toujours quelque chose qu’on partage», déclare Rachelle. En effet, dès les débuts de B.lovd, Rachelle décide de s’entourer, en premier lieu avec une étudiante de l’ITHQ Gabriella Pavoni pour la confection des biscuits. «Publicis a développé la marque, et j’ai embauché des gens de talent pour la direction artistique donc Claude Wash, Magalie Samson et Alice Gendron pour la rédaction des messages», appuie-t-elle.

Et les messages, il y en a plus de 300 différents, en anglais et en français. Pour la jeune entrepreneure, il était important de pouvoir toucher tout le monde, les plus jeunes comme les amoureux ou encore les employés d’entreprise avec des pensées des plus générales aux plus intimes. «Je remarque que les gens aiment beaucoup les offrir en cadeau», explique Rachelle.

Dès le lancement, B.lovd connait un fort succès avec de plus en plus de commandes. «Je me sens très chanceuse et heureuse. Pour une entreprise en démarrage, je ne pourrais pas prendre plus de commandes en ce moment, ça augure bien!», explique Rachelle qui garde tout de même son emploi à temps plein en publicité. Elle pense d’ailleurs que cet élan d’amour est conséquent à la crise sanitaire que l’on traverse en ce moment. «On s’est retrouvés face à nous-même, à questionner nos valeurs. On pense davantage aux gens qu’on aime, aux gens isolés et seuls. Je pense qu’on a le goût d’entendre de belles choses surtout avec les nouvelles qui sont souvent décourageantes et négatives. Un biscuit, c’est bon, et il dit quelque chose de gentil», soulève-t-elle.

B.lovd : Savourer l’amour de soi
Courtoisie : B.lovd

Après le biscuit classique, le chocolaté, le végane et celui au citron, Rachelle vient tout juste de sortir un nouveau biscuit, framboise et chocolat blanc, en partenariat avec l’organisme Mères avec pouvoir. «Il soutient les mères monoparentales et leurs enfants, il y a des logements subventionnés, des programmes, etc. Au départ, je voulais que mon entreprise soit sociale et que tous les profits reviennent dans la société, dans des organismes qui me sont chers, sur l’estime de soi, la confiance, la famille, etc.», se réjouit Rachelle qui a été approchée par l’organisme.

Dans ses prochains défis, la fondatrice souhaite trouver un nouveau format de biscuits pour baisser un peu le prix et les rendre accessibles à un plus grand nombre. «Je peux comprendre que ce ne soit pas pour tous les budgets alors je travaille fort là-dessus, c’est important», exprime-t-elle.

Prochainement, Rachelle espère développer davantage les partenariats avec différentes causes et organismes. En plus de continuer la vente en ligne, elle souhaite aussi approcher divers réseaux de distribution pour démocratiser davantage son produit.

🍪B.lovd 

site web | facebook | instagram

Pour d’autres articles, consultez notre dossier Vitrine sur la relève.

Close