Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Algoméga: des déchets agricoles locaux pour produire des oméga-3 végétaliens

Algoméga: des déchets agricoles locaux pour produire des oméga-3 végétaliens

La ressource primaire présentement utilisée sur le marché pour produire des omégas-3 est le poisson, mais la crainte est d’entraîner l’extinction de nombreuses espèces en raison de la surpêche. L’idée d’utiliser plutôt des résidus du maïs-grain vient de deux étudiants au doctorat en génie des matériaux et en chimie organique de l’Université du Québec, à Trois-Rivières. Réunis derrière l’entreprise Algoméga, Pierre-Olivier Lemire et Eric Desnoes mise sur un processus durable pour produire de l’huile en ayant recours aux déchets agricoles locaux en tant que matière première renouvelable.

«On va mettre les résidus de maïs dans une machine pour en extraire les sucres. On prend ensuite ces sucres pour faire des microalgues riches en huile oméga-3. On peut alors devenir fournisseur d’omégas-3 végétaliens pour des producteurs de suppléments alimentaires comme Jamieson et Nestlé», explique à l’Hebdo Journal, l’un des fondateurs, Pierre-Olivier Lemire.

Algoméga, qui a été créé en 2017 et débute sa première année de production en 2021, imagine même certains coproduits de la fabrication pour viser une économie circulaire.

«Par exemple, les débris cellulaires de microalgues provenant du prétraitement et de l’extraction des huiles sont riches en protéines et contiennent des nutriments et minéraux intéressants, mentionne M. Lemire. Les éleveurs pourraient les incorporer dans l’alimentation des animaux d’élevage. Ça ferait en sorte qu’il n’y aurait pas de perte de matière ni de déchet de transformation. Tout est récupéré et mis en valeur.»

Les entrepreneurs réfléchissent à la possibilité d’utiliser un procédé similaire pour produire un substitut au pétrole. Il s’agirait de transformer les sucres de maïs en bioénergie en vendant la matière première à une entreprise de production d’éthanol-carburant.

Pour en apprendre plus sur l’entrepreneuriat d’impact, consultez notre dossier.

Close
0