Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Les Brèves de Baron Mag | 7 août 2020 | Une meilleure gestion des déchets plastiques, une situation inquiétante pour les PME du Canada, de l’argent pour les écosystèmes aquatiques et le mois de l’inspection des arbres

Les Brèves de Baron Mag | 7 août 2020 | Une meilleure gestion des déchets plastiques, une situation inquiétante pour les PME du Canada, de l’argent pour les écosystèmes aquatiques et le mois de l’inspection des arbres

Les Brèves de Baron Mag | 7 août 2020 | Une meilleure gestion des déchets plastiques, une situation inquiétante pour les PME du Canada, de l’argent pour les écosystèmes aquatiques et le mois de l’inspection des arbres.

***

L’Alliance to End Plastic Waste s’allie avec ONU-Habitat afin d’encourager l’économie circulaire en créant de nouvelles stratégies en matière de déchets. Six villes de l’Afrique de l’est et de l’Asie du sud, seront le point d’ancrage de nouveaux projets aux cours des 12 prochains mois.

© UN Habitat

L’outil « Waste Wise Cities (WWC) » de l’ONU-Habitat, permettra dans un premier temps de cartographier les flux de déchets et de déduire par la suite les possibles failles des systèmes de gestion déjà existants. L’objectif final d’un tel déroulement serait d’augmenter le taux de récupération et de recyclage, et donc de s’inscrire davantage dans une économie circulaire.

Les recherches qui seront effectuées lors des 12 prochains mois permettront de trouver de nouvelles solutions à la gestion de déchets et d’éventuellement supporter le développement d’infrastructures bénéfiques aux objectifs du programme. Bien que celui-ci soit une initiative mondiale, les acteurs locaux de chaque ville seront invités à prendre place aux discussions afin de rendre le projet le plus efficient possible.

« Grâce à notre travail avec l’ONU-Habitat, nous serons en mesure, et ce, pour la première fois, de faire bénéficier aux responsables municipaux d’une compréhension globale de leur système de gestion des déchets, de ses lacunes et des solutions permettant de l’améliorer. Nous nous attendons à ce que ce travail produise un impact positif immédiat et durable sur ces six villes, et nous espérons utiliser ce que nous aurons appris pour étendre le programme à d’autres collectivités urbaines. », affirme Jacob Duer, président du conseil et directeur général de l’Alliance to End Plastic Waste.

Les six villes qui accueilleront ce programme sont: Nairobi et Mombasa au Kenya, Addis-Abeba et Bahir Dar en Éthiopie, Thiruvananthapuram et Mangalore en Inde.

Par Julie Massot

***

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) dévoile de nouvelles données sur la situation des PME en temps de COVID-19. Le Tableau de suivi de la santé des PME,  de la campagne #JechoisisPME, met en lumière les conséquences négatives de la crise pour les commerçants du Canada.

© FCEI, #JechoisisPME

Bien que beaucoup de commerces aient ré-ouverts au cours des dernières semaines, beaucoup d’entre eux ne vivent pas un retour à la normal. Après plusieurs mois de fermetures, un grand nombre de PME souffre d’un faible taux d’achalandage, rendant la situation d’autant plus inquiétante.

« Seul le quart des PME canadiennes déclarent que leurs ventes sont à un niveau normal. Pour la même proportion, on parle de ventes d’au moins 50 % en dessous de leur niveau habituel », fait remarquer François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Selon les statistiques du tableau, 63 % des PME auraient ré-ouvertes, mais seulement 27 % ont rétablies leur niveau de ventes. Les difficultés économiques ne sont pas encore choses du passé et risquent de provoquer la fermeture de 55 000 à 218 000 PME au Canada.

« Les jours passent et l’été touche bientôt à sa fin. Si nous souhaitons éviter de nouvelles fermetures, il est crucial de se mobiliser et de favoriser l’achat local. Tous les gestes comptent, que ce soit d’aller faire ses courses dans un petit commerce près de chez soi ou de rendre visite à une PME recommandée par des amis. Profitons de ces journées d’été pour démontrer notre entière solidarité à nos commerces locaux », conclut M. Vincent.

Par Julie Massot

***

Préservation des écosystèmes aquatiques grâce à une subvention du gouvernement québécois

Programme Affluents Maritime

Coalition Navigation reçoit plus de 210 000$ du gouvernement québécois pour la préservation des écosystèmes aquatiques de la rivière des Outaouais. Son projet vise à mieux comprendre les effets du batillages sur les berges et le transport sédimentaire en lien avec la navigation de plaisance ainsi que de sensibiliser les plaisanciers.

« La navigation de plaisance peut avoir des répercussions considérables sur les écosystèmes sensibles au sein desquels elle est pratiquée, souligne par voie de communiqué le directeur général du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, Antoine Verville. Les vagues créées lors du passage d’un bateau peuvent accentuer l’érosion des berges et modifier la qualité de l’eau. La Coalition Navigation souhaite sensibiliser les navigateurs de plaisance à l’importance d’utiliser le bon bateau, au bon endroit. » 

L’aide financière provient du Programme Affluents Maritime qui vise à répondre aux objectifs de la Stratégie maritime du Québec en matière de protection du territoire maritime et de ses écosystèmes. Il a aussi pour but de s’assurer d’une meilleure intégration de la dynamique fleuve-affluents par la mise en œuvre d’action ciblées par les acteurs de l’eau dans les plans directeurs de l’eau.

Pour plus d’informations sur le Programme Affluents Maritime, robvq.qc.ca/affluents_maritime 

Par Sophie Poisson

***

Mois de l’inspection des arbres

Mois de l’inspection des arbres

Alors que 2020 est désignée comme étant l’Année internationale de la santé des végétaux, les Québécois sont invités en août à inspecter leurs arbres et jardins. L’objectif est de repérer l’éventuelle présence d’insectes, de mauvaises herbes, de maladies et d’autres organismes nuisibles aux végétaux.

« L’action citoyenne a été et demeure la clé de la détection des ravageurs dans notre pays, rappelle par voie de communiqué le chef de la protection des végétaux du Canada et directeur exécutif, Protection des végétaux et biosécurité, Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), Bill Anderson. Des ravageurs comme le puceron lanigère de la pruche, l’agrile du frêne et la mouche européenne des cerises ont été découverts et signalés par des citoyens. Nous avons besoin de l’aide de tous les Canadiens pour protéger la santé des plantes du Canada, notre environnement et, en fin de compte, la santé de toute la population. » 

Lorsqu’un ravageur est découvert dans une nouvelle région, l’ACIA confirme son identité et en fonction de son importance, collabore avec ses partenaires provinciaux, territoriaux, ou encore municipaux. Elle détermine ainsi sa répartition géographique, enquête sur son origine et met en place des mesures de lutte, voire l’éradique.

La santé des végétaux a un impact direct sur celle des humains et des animaux, en plus d’être primordiale pour l’environnement et l’économie. L’enjeu est d’autant plus grand en raison du transport du bois de chauffage, du commerce de produits végétaux et des changements climatiques.

Actions proposées

Pour savoir ce qu’il faut chercher et signaler, l’ACIA fournit des cartes de phytoravageurs envahissants. Elle propose également des fiches de renseignements

D’autres actions peuvent être menées en parallèle comme planter des espèces indigènes, acheter et brûler du bois de chauffage local ou traité à la chaleur.

Les Québécois sont aussi invités à participer au Défi des héros de la santé des végétaux.

Par Sophie Poisson

Close