Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Élo: Le mentorat à l’ère de la COVID-19

Élo: Le mentorat à l’ère de la COVID-19

Élo cherche à démocratiser la pratique du mentorat en rendant les professionnels de tous les horizons plus épanouis dans leur travail. Sa mission consiste à simplifier le processus, autant pour les mentors et les mentorés que pour les organisations et les entreprises. Rencontre.

Décrivez-moi en vos mots la mission d’Élo.

Notre mission consiste à faciliter la mise en place de programme de mentorat dans le milieu professionnel. L’application Élo permet de gérer toutes les étapes d’un programme de mentorat dont bien sûr le jumelage, mais aussi le soutien aux personnes impliquées. Les applications moins complètes vont se concentrer sur le jumelage, mais ici notre premier client demeure l’organisation. Nous nous concentrons sur les bons comportements qui vont propulser le volet d’engagement et de contenu et l’encadrement des relations mentors-mentorés.

Comment a germé l’idée d’Élo ?

Par des demandes du milieu. J’ai fondé Academos il y a 20 ans, principalement grâce à des dons et des subventions. Puis, on a accueilli de plus en plus d’entreprises privées qui se sont mises à offrir des commandites. Un projet de mentorat à la mitaine a débuté avec une vingtaine de volontaires. On a donc emprunté la technologie éprouvée d’Académos destiné aux enfants et adolescents pour adapter le produit au milieu du travail. Élo est ainsi devenu le pendant corporatif d’Académos en développement de carrière et soutien aux entreprises.

Comment vous êtes-vous adaptés à la crise ?

Comme nous sommes une petite entreprise qui fonctionne déjà sur une application, une transformation numérique n’a pas eu à être effectuée. Nous avons déjà une culture très collaborative et une pratique de télétravail assez avancée, mais c’est certain qu’il y a eu un temps d’adaptation pour passer à temps plein dans ce mode. Le tout s’est relativement bien vécu. Autour de nous, les employeurs commencent à penser au bien-être de leurs employés, comment développer des cultures d’apprentissages et soutenir le développement des compétences, sans être toujours au bureau. Près de 100 personnes ont assisté au webinaire que nous avons donné sur la question de comment « virtualiser » le mentorat à la mi-juin pour vous donner une idée du changement de perspective.

Nous avons d’ailleurs reçu de nombreuses demandes urgentes d’entreprises ou d’associations pour repenser leurs formats de mentorat. Entre avril et juin, d’autres entreprises ont fait appel à nous pour créer de toutes pièces des programmes de mentorat. En effet, plusieurs entreprises ont pivoté et presque changé de mission. Dans d’autres cas, ce sont des employés mis à pied qui reviennent au travail dans des entreprises qui ont beaucoup changé entre temps.

Comment les entreprises peuvent profiter de cette période d’incertitude pour revoir leurs stratégies et réfléchir à l’après-crise?

C’est l’occasion en or de réfléchir sur notre avenir, de gérer de façon plus étroite nos ressources humaines et d’humaniser les opérations, de réellement passer à l’action en changeant certaines pratiques et en allouant plus de flexibilité et bienveillance. C’est souvent là que se trouve l’angle mort dans la gestion des organisations.

Comment le mentorat virtuel peut les aider à le faire?

Je pense qu’on a connu une hausse de popularité, parce que, contrairement à l’apprentissage en ligne classique, le mentorat se veut un véhicule ultra-personnalisé, basé sur les expériences de chacun. Le savoir-être, la bienveillance et le partage des émotions s’inscrivent dans l’ADN du mentorat, ce qui s’avère particulièrement bénéfique en temps de turbulence.

On parle beaucoup de santé mentale au travail ces derniers temps et je crois que le mentorat est un espace bienveillant qui peut contribuer à un filet de sécurité affectif.

De nombreux employeurs nous confient qu’ils sont étonnés de voir autant de volontaires lever la main pour aider les autres, alors que c’est un comportement assez naturel chez les gens. C’est un bon moment parce que les employés sont plus réceptifs que jamais à participer. Après, un transfert de connaissances continu s’installe dans les organisations les plus créatives et innovantes. On peut commencer par créer des jumelages improbables au sein de notre personnel et voir où ça nous mène.

Le mentorat est aussi documenté pour être un moyen de favoriser la diversité et l’inclusion dans les organisations.

Sur quelles nouveautés travaillez-vous présentement ?

On voit se développer une forme de mentorat inversé offert par les jeunes adeptes de technologie et les travailleurs plus vieux qui n’ont pas la même aisance avec la transformation numérique.
Par ailleurs, on est en train de développer notre propre formule vidéoconférence maison pour des communications à 360 degrés. On a aussi mis en place une offre gratuite spécialement pour la COVID-19 pour les organisations sans programme de mentorat qui voudraient offrir du mentorat à leurs employés. C’est un programme spécial clé en main pour une mise en oeuvre rapide et doublé de la formation nécessaire.

👥 Élo

site web | facebook | LinkedIn

Close
0