Close
Close

Votre panier est vide.

Uvée: Des yeux en santé et une planète préservée

Uvée: Des yeux en santé et une planète préservée

Près de 400 montures locales, écologiques et éthiques se retrouvent dans la clinique d’optométrie Uvée. Les trois propriétaires Dr Olivier Parenteau, Dre Alex-Ann Harvey et Dr Steven A. Sutton se sont donné comme mission d’ouvrir la première du genre, en plus d’offrir des examens de la vue depuis deux mois dans le Petit Laurier.

Alors qu’Olivier Parenteau cherchait il y a un an à acquérir une clinique d’optométrie, Alex-Anne Harvey qui faisait partie de sa cohorte à l’université et de la même association étudiante, a rapidement rejoint le projet. S’en est suivi Steven A. Sutton, avec qui ils avaient étudié et travaillé le temps d’un été à l’Institut de l’œil des Laurentides. Les deux premiers propriétaires sont des généralistes et à l’aise avec les enfants, tandis que le troisième est spécialisé dans la santé oculaire et gère les urgences.

«[L’écologie] ce n’est pas quelque chose que l’on côtoyait dans notre vie professionnelle, au travail ou même à l’école, souligne Dr Parenteau, qui considérait initialement racheter un établissement existant. C’est vraiment une idée qu’on a eu parce qu’on est 100% conscientisés aux enjeux environnementaux, on voulait mettre ça de l’avant et avoir le volet plus écologique à la clinique.»

Crédit photo: Félix Audette.

La première étape a été de s’assurer que l’idée était viable. Les propriétaires ont contacté l’été dernier des fournisseurs, principalement de montures, pour s’assurer d’avoir suffisamment de produits écologiques ou écoresponsables à leur disposition.

«Local, c’est très très difficile. En fait, il y en a quelques-uns qui sont des producteurs locaux, mais ce sont surtout des artisans qui fabriquent des montures à la main. À ce moment-là, ce sont des montures qui sont fabriquées une seule fois, donc il n’y a pas de garantie. C’est donc un peu compliqué à gérer et on ne voulait pas non plus se lancer dans une clinique d’optométrie plus artisanale. On voulait davantage des produits solides, avec garantie et un côté plus durable», explique Olivier Parenteau.

La majorité de leurs montures sont fabriquées par des entreprises européennes et chinoises. Le critère de sélection se situe principalement dans l’utilisation des produits. Par exemple, les lunettes «Voilé» sont pensées par des Montréalais et fabriquées à la main de façon éthique en cellulose d’acétate de coton. Autre exemple, les lunettes «Sea2see» sont fabriquées à la main, en Italie, et contribuent à nettoyer les océans puisqu’elles sont faites à partir de filets de pêche. Quant aux verres de contact, Uvée proposera à ses clients de rapporter dès cet automne leurs paires usagées, dans le contenant en plastique et le couvercle en aluminium, pour que le tout soit recyclé.

L’équipe d’Uvée constituée du Dre Alex-Anne Harvey, de l’opticienne Céline Parent, de la conseillère Isabelle Clément, du Dr Steven A. Sutton et du Dr Olivier Parenteau. Crédit photo: Félix Audette.

Avoir un impact au quotidien 

La deuxième étape a été de repenser certains fonctionnements de la clinique comme l’habitude de désinfecter les appareils avec de l’alcool sur des mouchoirs à usage unique ou encore celle de communiquer sur post-its.

Si certains gestes ont été faciles à remplacer en utilisant par exemple des cotons réutilisables ou en informatisant les dossiers des patients, quelques limitations se font encore ressentir. Pour identifier les verres de contact, les propriétaires utilisent encore du papier, bien qu’ils le réutilisent au maximum. Lors des urgences oculaires, le patient a besoin d’une prescription pharmaceutique pour récupérer son magasin en pharmacie. Olivier Parenteau affirme alors que c’est un défi qui dépasse sa petite entreprise et qui rejoint le système de santé québécois.

Pour limiter les coûts d’implantation, Uvée a pour le moment choisi de déléguer le taillage des verres dans les montures. Elle utilise les services de deux compagnies extérieures, dont l’une est un peu éloignée. «Au final, je dirais que c’est quand même facile, considère l’optométriste. Il n’y a pas vraiment de problème au niveau du fonctionnement à cause de notre vocation plus écologique. C’est sûr qu’il faut quand même faire des efforts supplémentaires, par exemple le transport des lunettes, mais à ce moment-là, on compense l’émission carbone pour essayer d’être le plus vert possible.»

Crédit photo: Félix Audette.

Uvée passe par l’organisme québécois Compensation co2. La clinique fait aussi affaire avec plusieurs entreprises qui compensent elles-mêmes leur émission carbone: pour chaque paire de lunettes vendue, ECO Eyewear plante un arbre et TOMS offre des soins de santé aux personnes dans le besoin.

Les anciennes montures des clients sont aussi récupérées, analysées, nettoyées et triées. Elles sont ensuite données à Optométristes Sans Frontières qui les remettra à des personnes dans le besoin. La collaboration va même plus loin puisqu’Alex-Ann Harvey et Steven A. Sutton se rendront en novembre prochain trois semaines en Tanzanie pour offrir des examens de la vue.

Réactions face au projet

«Au début du projet, quand on en parlait à nos collègues optométristes ou aux gens dans le milieu, il y avait deux réactions. La première, c’était souvent « ça va être difficile d’y arriver, c’est un peu une idée en l’air », donc ils ne pensaient pas que ça allait pouvoir se réaliser. L’autre partie des gens disait « c’est vraiment une idée formidable, je ne comprends pas que ça n’ait pas été fait avant »», raconte le copropriétaire.

Crédit photo: Félix Audette.

Olivier Parenteau explique que c’est la fibre entrepreneuriale de l’équipe et leur volonté qui leur permet de réussir. Depuis l’ouverture, le concept a été très bien reçu du côté du grand public. Si, au début, plusieurs clients entraient dans la clinique par hasard, ils en ressortaient majoritairement très contents. Et le bouche-à-oreille commence aujourd’hui à se faire sentir.
Les propriétaires veulent s’assurer que la clinique se portera bien pour les deux ou trois prochaines années, puis leur objectif sera d’ouvrir une ou deux succursales à Montréal.

♻️👓 Uvée

site web | facebook | instagram

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓