fbpx
Close
Close

Votre panier est vide.

Stephanie Coleman, fondatrice de Mezari Atelier & Boutique

Stephanie Coleman, fondatrice de Mezari Atelier & Boutique

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?

Je m’appelle Stéphanie et je suis une créatrice/fabriquante indépendante de papiers peints et de textiles. J’aime les croissants, les flamants roses et mon vélo vert Peugeot. Je suis également obsédée par les textiles et les papiers peints du XIXe siècle.

Votre emploi actuel?

Je suis la propriétaire, fondatrice et chef de la direction de Mezari Atelier & Boutique.

Dans quelle ville?

L’atelier est situé sur l’avenue Duluth, au cœur du quartier du Plateau à Montréal.

Un mot pour définir le type de travailleuse que vous êtes…

Ambitieuse.

Qu’est-ce qui rend votre entreprise unique?

Je veux que les gens se sentent connectés au processus de fabrication parce que je trouve qu’en Amérique du Nord, notre savoir-faire est devenu médiocre et que nous avons perdu le contact avec la façon dont les choses sont fabriquées.

Pendant des années, j’ai travaillé dans le secteur de la fabrication de textiles dans le pays et j’ai vu comment cette industrie avait été vidée lorsque la production de vêtements a été délocalisée à l’étranger il y a environ 20 ans. Nous avons perdu tant d’emplois qualifiés. Aujourd’hui, les jeunes semblent avoir à choisir entre le secteur des technologies, du pétrole et des services. Je voulais créer un lieu où le public est connecté au processus de fabrication. J’ai donc créé un studio à concept ouvert où je sérigraphie mes produits textiles en magasin, sous les yeux des gens. J’aime le moment où les gens font le lien entre le produit en magasin et les pièces sur lesquelles je travaille ce jour-là. Je dessine toutes mes images moi-même, avec de l’encre sur du papier, puis je travaille numériquement dans le but de créer mes films et d’externaliser l’impression de mes papiers peints dans une usine située aux États-Unis, chargée de la sérigraphie de mes dessins. Je travaille aussi avec une couturière locale autant que possible.

Je sais que je pourrais imprimer mes dessins numériquement, mais je choisis la sérigraphie, car le processus est plus lent et les encres sont mélangées comme de la peinture. Chaque lot est unique. Dans un monde où la majeure partie de notre travail et de notre productivité est numérique, je trouve essentiel de passer le plus de temps possible à travailler de mes mains. Quand les gens entrent dans mon magasin, je veux qu’ils vivent une expérience immersive, comme lorsqu’ils se promènent dans une installation artistique. Ces sentiments ne peuvent tout simplement pas être reproduits dans une boutique en ligne, et j’aime voir la réaction lorsqu’ils entrent et découvrent tous les coins de l’espace. C’est une joie et un privilège de pouvoir fournir cela à ma communauté, à mon quartier.

«Dans un monde où la majeure partie de notre travail et de notre productivité est numérique, je trouve essentiel de passer le plus de temps possible à travailler de mes mains. Quand les gens entrent dans mon magasin, je veux qu’ils vivent une expérience immersive, comme lorsqu’ils se promènent dans une installation artistique.»

Quelle est la taille de votre boutique?

Petite! Je travaille avec quelques entrepreneurs et j’ai un employé à temps partiel.

Quels outils sont essentiels à votre vie?

L’encre de Chine, un stylo calligraphique, mes sérigraphies et raclettes, ma perceuse à main et ma tronçonneuse. J’utilise beaucoup d’applications différentes pour la promotion en ligne de mon entreprise, mais il s’agit de la plateforme web, du marketing par courrier électronique et de la planification des médias sociaux.

À quoi ressemble votre espace de bureau?

Il ouvre sur la boutique, donc il y a beaucoup de plantes et de jolies choses autour de moi. J’ai une pièce sombre à l’arrière où j’expose mes écrans et les lave au besoin; deux tables d’impression; un fichier à plat pour mes films et mon papier, et beaucoup de rangement intégré dans les murs. C’est généralement bien rangé, mais quand je suis en train de produire ou que je fais un grand retournement de magasin, cela peut être assez chaotique. Souvent, du tissu est suspendu au plafond pour sécher après un grand tirage.

Avez­-vous une façon d’organiser vos journées afin d’optimiser votre travail?

J’aime faire mon travail manuel le matin ou tout ce qui doit être fait avec beaucoup de concentration et des interruptions minimes. Je fais de mon mieux pour identifier les priorités les plus prometteuses afin de développer l’activité, servir mes clients et y répondre en priorité ou y consacrer le plus de temps possible.

Quelles astuces conseilleriez­-vous pour améliorer la productivité?

Je suis à mon meilleur quand je me lève tôt et que je m’en tiens à une routine. Je sais aussi que je travaille mieux avec une échéance serrée. Je vais souvent imposer des échéances et en informer les gens afin que je reste responsable. Par exemple, j’annoncerai la date de sortie d’une nouvelle collection sur tous les médias sociaux et sur ma liste de diffusion, et inviterai tout le monde à la soirée de lancement. Cela rend beaucoup plus probable que je vais livrer ce que j’ai promis.

Vous êtes meilleure que vos collègues de travail pour…

Hmmm, c’est dur à dire! J’ai l’impression que mon entreprise est unique et je ne trouve pas cela utile de me comparer aux autres, j’ai mon chemin et je le sculpte. Alors, disons que je suis bonne pour croire en ma vision et ne pas suivre les tendances.

Comment contrôlez-vous la croissance de compagnie?

Je me suis fixé des objectifs très ambitieux et les poursuis peu à peu. J’ai choisi un modèle d’entreprise directe avec le client. Pour mon type d’entreprise, je souscris à la philosophie de Kevin Kelly de cultiver 1000 vrais fans. Je cultive les relations et sers un client à la fois le plus possible.

À propos du design, qu’est-ce que votre marque reflète?

Je suis vraiment inspirée par William Morris, considéré comme le père du mouvement Arts & Crafts. Il a écrit des livres, de la poésie et a développé toute une idéologie, en plus de créer un immense corpus de son vivant qui est encore en cours de reproduction. Je suis intéressée par le concept d’archive de modèles; les estampes et les motifs peuvent prendre une vie propre, étant reproduits pendant des siècles, mais lorsqu’ils sont imprimés à l’encre à la main, ils conservent également certains aspects d’être une œuvre «originale».

Le mouvement Arts & Crafts est né en réponse à la révolution industrielle. Les concepteurs qui le dirigeaient pensaient que le travail manuel et la fabrication étaient censés être un travail digne, pas un esclavage. Ils voulaient remettre le pouvoir de fabriquer entre les mains des gens ordinaires. C’est altruiste, mais je suis convaincu que le processus de création nous connecte à notre âme et à notre créativité.

Je ne suis pas non plus très sérieuse tout le temps: mon travail est ludique. J’aime cacher des éléments bizarres dans mes impressions afin qu’elles puissent être lues de loin comme des impressions traditionnelles, mais lorsque vous regardez de près, vous découvrez qu’il y a une torsion. J’ai récemment réalisé un papier peint floral extravagant, et lorsque vous regardez de près, vous voyez qu’il y a des mains avec des ciseaux qui coupent les fleurs. J’aime jouer avec ce type de contraste et les hypothèses que nous mettons sur l’art décoratif!

Qu’est-ce qui vous inspire et vous motive à aller au travail chaque jour?

Je suis définitivement motivée par le progrès. De plus, quand j’ai une idée que je veux créer, que ce soit un produit ou un présentoir de magasin (mes présentoirs sont un peu fous), c’est comme une pierre dans ma chaussure. Je n’ai pas de paix jusqu’à ce que je le fasse!

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné?

Un excellent travail prend du temps et de la patience. Tout est compréhensible. Et, quand l’inspiration vous trouve, vous feriez mieux de vous trouver au travail.

Quelle est votre stratégie en ligne?

Il peut être difficile de suivre Facebook et Instagram. Par conséquent, lorsque j’utilise ces platesformes, c’est pour construire ma liste de diffusion. Mes taux d’ouverture pour le courrier électronique sont de 50 à 60%. Si j’avais autant de «j’aime» sur un post Instagram, j’aurais 500 «j’aime» à chaque fois que je poste. Je préfère l’intimité et la conversation directe qui se passe dans le courrier électronique. Je me sens plus libre d’exprimer pleinement ce que je veux dire.

Quelle est votre routine quotidienne?

Je médite et j’écris dans un journal le matin et j’arrive au moins une heure avant l’ouverture du magasin pour nettoyer les sols, me préparer un thé et parcourir une liste de contrôle rapide.

À la fin de la journée, je nettoie mes tables et j’essaie de ne pas oublier de remercier mon magasin à la Marie Kondo.

Je travaille toujours sur ma routine matinale; il a été difficile de la maîtriser. Parfois, je fais des courses le matin. Parfois, je suis juste épuisé et j’ai besoin de prendre du temps pour me reposer.

Quels ont été vos plus grands défis en tant qu’entrepreneure?

La patience. Je comprends, en théorie, qu’il faut du temps pour créer le type d’entreprise que je souhaite créer. Il se passe des choses incroyablement belles,  des collaborations passionnantes avec des clients de rêve, et il y a aussi des moments difficiles où les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez ou prennent beaucoup plus longtemps. J’apprends toujours, et je suis à 100% convaincue que l’entrepreneuriat a été le facteur le plus important de mon développement personnel. Je me trouve également en train de faire des choses folles… J’ai appris la plomberie de base grâce à mon oncle afin de pouvoir lier mon évier industriel à la plomberie de mon studio. Cela donne du pouvoir lorsque vous réalisez que ce n’est pas nécessairement sorcier et que vous pouvez faire toutes sortes de choses que vous n’auriez jamais pensé pouvoir faire si vous vous concentrez!

L’autre défi a été de rater des choses dans ma vie personnelle. J’aime mon travail et ne cesse jamais d’y penser, cependant, je suis impatiente de faire en sorte que mon entreprise puisse voyager davantage et passer plus de temps avec ma famille.

Quels seraient les conseils que vous donneriez à quelqu’un qui souhaite démarrer sa compagnie?

Testez votre produit, testez vos idées et concentrez-vous sur le service à vos clients. Comment améliorer leur vie, la rendre plus belle? Comment pouvez-vous fournir de la joie? C’est le chemin qui mène aux ventes et aux clients satisfaits. Aussi, soyez patient et ne vous arrêtez jamais si vous sentez une certaine traction et une bonne réponse de la part des clients. Il y aura des moments difficiles, mais cela fait partie du jeu.

Mis à part votre ordinateur et votre téléphone, de quel gadget ne pouvez-vous pas vous passer?

Mon vélo, mes sérigraphies, mon unité d’exposition, mon encre de Chine et mon stylo plume. Difficile d’en nommer un! Je suppose que si je devais choisir, ce serait mon stylo plume. Tout le reste peut être sous-traité, mais mes dessins à la main ne peuvent être réalisés par personne d’autre!

✒ Mezari Atelier & Boutique

site web | facebook

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓