Close
Close

Votre panier est vide.

Burrata et pétoncles japonaises – L’irrévérencieuse entrevue bouffe avec The Franklin Electric

Burrata et pétoncles japonaises – L’irrévérencieuse entrevue bouffe avec The Franklin Electric

Alors qu’il s’apprête à se produire dans un Astral plein à craquer, Jon Matte, l’auteur-compositeur derrière le groupe The Franklin Electric, confie ses états gourmands à Baron. 

Pas de panique pour les fans qui n’ont pas réussi à obtenir leur billet pour le 1er août, les créateurs du nouveau single I’ve Been Here Before se produiront à Osheaga le 4 août.

Qui es-tu et quel est ton parcours?

Je suis Jon Matte, auteur-compositeur et réalisateur du groupe The Franklin Electric, un projet que j’ai créé il y a quatre ou cinq ans afin de pouvoir interpréter et réaliser mes propres chansons. Je joue de la musique depuis un très jeune âge (merci à ma maman qui m’a obligé de prendre des leçons de piano quand j’avais trois ans). Je suis né à Hudson, une petite ville à l’ouest de Montréal, puis j’ai déménagé à Montréal dans ma jeunesse et j’ai fait mon chemin au sein de la scène musicale montréalaise. Le groupe est un collectif rotatif de musiciens, puisque j’ai tendance à écrire des chansons personnelles, mais je crois en la dynamique du groupe et les interactions humaines et instincts musicaux qu’il apporte.

Comment a démarré ton aventure dans la musique?

Je suis arrivé à Montréal à l’âge de 17 ans pour étudier et c’est là que j’ai commencé à jouer avec plusieurs groupes.  Finalement, je n’ai pas complété mes études, mais je me suis rapidement mis à la recherche de gigs, ce qui m’a donné une éducation plus efficace, je pense. J’ai appris comment réaliser et comment utiliser un studio de musique ainsi que l’écriture de chansons. Avec tout l’expérience et le bagage que j’ai acquis au cours de ces années, j’ai démarré mon projet personnel en tant qu’auteur-compositeur-interprète et réalisateur.

Quelle est ta relation avec la nourriture?

La nourriture est l’une des choses les plus importantes dans la vie.  Bien sûr, sans elle, nous ne pouvons pas survivre, mais j’ai surtout été assez chanceux de voyager et découvrir plusieurs différents types de cuisines. J’ai récemment exploré celle de la Guadeloupe et c’était une expérience incroyable! Les fruits de mer à la créole mélangés à la cuisine française m’ont jeté à terre.

Préfères-tu élaborer des recettes ou découvrir des restaurants?

Je dirais que découvrir de nouveaux restaurants est l’idéal pour moi.  Puisque je voyage beaucoup, trouver des endroits chouettes pour manger sur la route est crucial.

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique lorsque tu cuisines?

À date, cet été, ce fut Childish Gambino, Nick Murphy et Talos.

Quelle est la première recette que tu as appris à faire?

Je dois dire que c’était des pâtes auxquelles j’ai ajouté de la mangue, essayant de faire une sauce semi-épicée aux tomates et à la mangue, une influence de mon ami du Trinidad que j’ai vu à l’oeuvre quelques  jours auparavant.

Quels sont les aliments dont tu ne pourrais jamais te passer et pourquoi?

Des fruits de mer! Des pétoncles, du homard, à peu près n’importe quoi qui vient de la mer. Je ne mange pas de viande rouge maintenant, donc je suis devenu friand de ces aliments au fil des années.

Quel est le pire repas que l’on t’ait servi?

Probablement une portion beaucoup trop grosse de pâtes qui ne goûtait rien chez Pacini lors de la veille de Jour de l’an… le genre de place que tu trouves dans un centre commercial et que j’essaie d’éviter.  On dirait qu’ils produisent de gros repas aussi vite que possible, mais rien n’est spécial ou fait avec amour dans ce qu’ils proposent.

Et le pire repas que tu as servi?

Une fois, j’ai mis trop d’ail dans des patates pilées que j’ai servies à la famille de mon ancienne copine. Personne ne les a mangées.

Si je t’invite à souper, qu’est-ce que je devrais cuisiner et passer comme musique pour t’impressionner?

Une burrata pour commencer, ensuite, je prendrais des fruits de mer, disons des pétoncles géantes japonaises avec des petits à-côtés, rien de gros, mais goûteux avec un peu d’épices. Accompagné par du Miles David ou du Coltrane.

Quels sont tes endroits préférés pour manger à Montréal?

Le Bremner, Mocching et je viens de découvrir une petite place mexicaine dans St-Henri qui font de délicieux ceviches abordables. Je ne me souviens pas du nom.

Tes projets futurs?

Composer, sortir plus de musique authentique et en être fier, puis aménager un studio à la maison.

⚡🔌 The Franklin Electric

site web | facebook | instagram

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓