Close
Close

Votre panier est vide.

Laurent Dutheil, président et brasseur de la Brasserie Billd

Laurent Dutheil, président et brasseur de la Brasserie Billd

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?

Laurent Dutheil, 44 ans, marié, un enfant. Après des études en mécanique automobile, je me suis orienté dans la conduite de poids lourds. Puis, en 2003, j’ai intégré la Société Nationale des Chemins de fer où j’ai évolué jusqu’au poste de contrôleur à bord des trains. Je suis brasseur depuis 2017.

Votre emploi et titre actuel?

Je suis le président-brasseur de la Brasserie Billd.

Dans quelle ville?

Ma brasserie est implantée à Beauregard L’Evêque, un petit village du centre de la France au cœur des volcans d’Auvergne (classés patrimoine mondial de l’UNESCO depuis peu).

Un mot pour définir quel type de travailleur vous êtes…

J’aime les défis! Acharné du travail.

D’où vient votre intérêt pour la microbrasserie?

Passionné de voyages j’aime découvrir de nouveaux pays, de nouvelles cultures, notamment la culture nord-américaine où je me suis rendu avec ma famille des dizaines de fois (États-Unis et Canada). Lors d’un voyage à Chicago j’ai visité la brasserie Lakefront Brewery de Milwaukee et j’ai adoré le concept: une visite suivie d’une dégustation à l’aide d’un jeton remis à l’entrée. 

De retour en France, mon fils m’a fait regarder une rediffusion d’une émission où des Québécois (merci à vous!) fabriquaient leurs propres bières dans leurs cuisines. Ça m’a paru plutôt sympa et, en plus, j’aime la bière, ça tombait bien! J’ai donc suivi avec mon épouse un stage de fabrication de bières chez «mabière» à Paris. De retour à la maison, j’ai commandé des cuves de 20 litres et j’ai transformé mon garage en petite brasserie. Emballé par cette activité, j’ai créé ma société et depuis, je brasse en cuves de 500 litres.

Qu’est-ce qui rend votre bière unique? 

Chaque brasseur utilise ses propres recettes, ses propres techniques et en cela, chaque bière est unique. Avant de créer ma gamme de sept bières, je les ai déjà testées en petits brassins de 20 litres pour les faire déguster aux amis. Après de nombreuses soirées de dégustations – au grand plaisir des amis!-, j’ai concocté mes propres recettes, celles qui me plaisent et celles qui plaisent aux copains!

Je propose donc…

Blanche: légère aux arômes d’agrumes et de fruits

Blonde: délicate et légère aux notes florales

Cuivrée: savoureuse aux arômes d’agrumes et de fleurs

Ambrée: rousse aux arômes subtils

Brune: ébène aux arômes surprenants de café

IPA: India Pale Ale/cuivrée et houblonnée avec douceur

Magmatic: une série spéciale, au caractère unique variant avec les saisons et l’humeur du brasseur.

La St-Patrick : Billd en kilt

Toutes disponibles en format 33 cl et 75 cl et certaines en fûts de 20 litres.

Quelle est la taille de votre brasserie?

Mon atelier actuel mesure environ 80m². J’ai crée une partie production, une autre avec les fermenteurs et une chambre chaude pour la refermentation en bouteilles, ainsi qu’une chambre froide. Pour l’année 2019, j’envisage de produire 14 000 litres de bière. Ce n’est pas suffisant pour pouvoir en vivre, mais je manque de place pour entreposer davantage. Une microbrasserie de 250 m² est en cours de construction. 

Quels outils sont essentiels à votre vie?

Un bon logiciel de caisse et Easybee pour gérer mes stocks et factures. Et ma femme pour m’épauler dans tout ça!

À quoi ressemble votre espace de bureau?

Un grand bazar! Beaucoup de papiers à trier! 50 000 étiquettes à entreposer, une imprimante de repiquage pour indiquer les dates et numéros de lot sur les étiquettes, un ordinateur, etc.

Avez­-vous une façon particulière d’organiser vos journées afin d’optimiser votre travail?

Le dimanche je planifie ma semaine (du moins j’essaie!). En général, le début de semaine est consacré à la fabrication. Le mercredi, à la prise de commandes auprès de mes revendeurs. Les jeudis et vendredis sont pour les livraisons. Puis le week-end, aux festivals et marchés artisanaux.

Quelles astuces conseilleriez­-vous pour améliorer la productivité?

Avoir de la place pour éviter la danse du transpalette à la recherche du bon agencement pour le stockage! Un vrai jeu de Tetris en permanence.

Vous êtes meilleur que vos collègues de travail pour…

Je partage beaucoup via les réseaux sociaux: nouveautés, images, mes distributeurs, etc. Cela ne veut pas dire que je suis meilleur qu’eux, mais je me considère à l’écoute de mes clients et dans l’échange permanent avec eux. 

Comment contrôlez-vous la croissance de votre microbrasserie?

Une moyenne est faite sur l’année, car l’hiver est une période creuse. Chaque mois, j’essaie de vendre plus que le précédent.

Quelle est votre stratégie pour faire connaitre votre bière? 

Pour l’instant, ma microbrasserie n’est pas ouverte au public, car elle s’avère trop petite pour recevoir des visites. De ce fait, je m’inscris à différents festivals, des marchés artisanaux ou de Noël, etc. Je participe également à des dégustations chez mes revendeurs. 

À propos du design, qu’est-ce que votre marque représente? 

J’habite au pied d’un château. C’est pourquoi mes collègues m’appellent «Le Duc»! En guise de clin d’œil à ce surnom, j’ai intégré un hibou «Duc» sur mon étiquette. Ensuite, concernant le nom de la bière Billd, c’est une affaire familiale. Toute la famille a embarqué avec moi donc, je nous ai tous inclus: Bière Ingrid Lucas Laurent Dutheil = BILLD!

Comment et par qui ce design a-t-il été conçu?

J’avais déjà une petite idée de ce que je voulais. Une étiquette aux couleurs de mes capsules! J’ai alors travaillé avec Mathieu de l’entreprise Colorika qui a conçu le design.

Qu’est-ce qui vous inspire et vous motive à aller au travail chaque jour?

Être mon propre patron et pouvoir organiser mes journées. Mon métier me plaît tellement que je n’ai pas besoin de motivation pour aller au travail. Il me faut juste une montre pour savoir quand m’arrêter.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné?

La création d’une entreprise est un défi quotidien Il ne faut pas baisser les bras aux premiers aléas, car il y en a (beaucoup) parfois! Ne pas trop réfléchir, FONCER!

Quel est votre meilleur truc pour sauver du temps?

Pour l’instant, aucun… Pour souffler un peu, on s’envole LOIN aux vacances de février!

Quelles sont vos routines de fin et de début de journée?

Le matin, je contrôle mes fermenteurs et densités. En fin de soirée, je pense à l’organisation du lendemain.

Quels ont été vos plus grands défis en tant qu’entrepreneur?

Quitter mon ancien emploi de fonctionnaire avec un salaire fixe et stable pour m’aventurer dans cette entreprise pleine de variables inconnues!

Quels seraient les conseils que vous donneriez à quelqu’un qui souhaite démarrer une brasserie?

Ne pas négliger l’espace. Il y a beaucoup d’entreposage à prévoir. Ensuite, il ne faut pas compter ses heures, et ne pas s’attendre à avoir du temps libre la fin de semaine, car il y a toujours quelque chose à faire. Il faut aussi se doter d’une bonne trésorerie pour avancer les achats de matières premières.

Avez-vous des nouveautés à venir? 

L’ouverture d’une microbrasserie de 250m²! Le projet est en cours et il représente un sacré investissement pour 2019. 

Quant aux nouveautés, je vais poursuivre avec la même passion et créer de nouvelles recettes pour le plaisir des papilles. Et pourquoi pas, du distillat vieilli en fût de chêne pendant 3 ans.

À la fin d’une journée, quelle sorte de bière buvez-vous pour vous détendre?

Peu importe laquelle, pourvu qu’elle soit artisanale! Avec une préférence pour les stouts.

BIILD

site web | facebook

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓