fbpx
Close
Sandwich 5 étoiles et sonorités épicées – L’entrevue bouffe non conventionnelle avec Barrdo

Sandwich 5 étoiles et sonorités épicées – L’entrevue bouffe non conventionnelle avec Barrdo

À la fois pop, expérimental et surtout libre, ce nouvel album assume pleinement sa personnalité hétéroclite et a été explicitement influencé par les nombreuses expériences de Pierre Alexandre ainsi que par les artistes qu’il admire. L’auteur-compositeur-interprète nous offre de vibrer sur ses paroles narratives aux thèmes existentialistes, et ses sonorités éclectiques, mais toujours accrocheuses. À la fois intime et universel, l’univers de Barrdo séduit par sa versatilité. Il est certain qu’on a bien hâte de le voir sur scène ce printemps!

Le concert de lancement de L’éternel retour aura lieu au Verre Bouteille le 20 février. Et parce que les plaisirs culinaires vont de pair avec la bonne musique, en attendant, on en apprend plus sur les gouts et les convictions de l’artiste.

Qui êtes-vous, quel est votre parcours?

Je suis Pierre Alexandre (comme si Alexandre était mon nom de famille). J’ai joué et composé dans plein de projets depuis 10-15 ans. Certains se rappellent de Lac Estion. Barrdo est mon projet de création depuis 2015 environ. Je joue aussi dans le groupe satanique Fuudge. Parfois je travaille sur les projets de mon genre-de-label Poulet Neige.

Comment décririez-vous votre univers musical?

Éclectique. Les frontières de mon univers sont en constante expansion.

Quelle est votre relation avec la nourriture?

Une relation bien spéciale. J’adore manger comme tout le monde. Mais en tant que vegan, je passe beaucoup (trop) de temps à discuter de mon alimentation avec tout le monde. Je dois souvent me justifier, m’expliquer, mais ça ne m’intéresse pas tant. Je le fais quand on insiste, mais ça dépend beaucoup de la réceptivité des gens. Je suis quand même critique envers les choix alimentaires en général, et j’ai tendance à être assez franc, alors j’évite de me lancer dans de telles conversations, sinon, bonjour les malaises!

Disons que… Je crois qu’à la base de tout ce qu’on achète/mange/boit, il y a un choix qui est fait. Ce choix est inconscient dans la plupart des cas. On choisit d’ignorer ou considérer certains aspects éthiques, on choisit de prendre ce qui coûte le moins cher ou ce qui est bio, on prend ou non une fourchette en plastique. Face aux enjeux environnementaux et éthiques liés à l’alimentation, se fermer les yeux ou nier la réalité est définitivement un choix à mes yeux, et c’est de loin le pire qu’on puisse faire. Mais c’est le choix de la plupart des gens, j’ai l’impression. À un certain point, j’ai commencé à considérer la valeur morale de chacun de mes gestes, et naturellement, ça m’a amené à devenir vegan

Ça, c’est la version courte!

Êtes-vous aussi doué derrière les fourneaux que sur une scène?

Je suis très jazz en cuisine! Je dévie rapidement des recettes que j’essaie de suivre. Ça donne certaines surprises, mais je commence à connaître mes épices et je développe mes petites astuces. Il y a clairement un certain parallèle à faire avec mon travail d’écriture et composition. Pour faire une chanson ou une pièce musicale, je pars d’un canevas, d’une idée précise et vague à la fois. Et puis, je diverge, je suis mon instinct. Et il y a quelques petites recettes et épices magiques que je connais et que j’aime bien réutiliser dans ma musique.

Quelle musique écoutez-vous lorsque vous cuisinez?

Ces temps-ci, j’écoute pas mal de balados d’Aujourd’hui l’Histoire. Sinon, quand je dois m’activer, je mets de la musique qui bûche, genre Meshuggah, Swans, Igorrr, Napalm Death.

Si Barrdo était un plat, quel serait-il?

Une recette du terroir modernisée.

Si votre album L’éternel retour était une recette, quels en seraient les ingrédients?

Un repas cinq services. Quelques bouchées légères en entrée, des saveurs étranges ici et là, un plat principal assez consistant, une bonne bière en accompagnement.

Votre dernier repas et la dernière musique que vous écouteriez… Si vous deviez mourir demain?!

Un sandwich 5 étoiles en écoutant le premier album d’Organ Mood.

Avez-vous des demandes spéciales aux promoteurs de spectacles lorsque vous êtes en tournée?

Je n’ai pas vraiment eu la chance de faire de demandes spéciales à des promoteurs pour des spectacles de Barrdo. Quand j’en ferai, ce sera: de la nourriture 100% végétalienne, et le moins de déchets possible!

Quel est votre plus gros «fail» culinaire?

Laisser les graines de courges dans la recette, en cuisinant un potage, en pensant qu’en bout de ligne, mélangé, bouilli, tout se mélangerait parfaitement. Et ben, non.

…Et votre plus gros «fail» musical?

Dans le temps, je jouais avec le Roi Poisson au Divan Orange. Pendant 2-3 tounes, je ne m’entendais pas et j’ai levé plusieurs fois mon ampli. Finalement, j’ai réalisé que ma guitare était débranchée. Peut-être que c’était pas si évident, pour le public, mais dans ma tête, c’était un pas pire échec. C’était un groupe assez bruyant. 

Barrdo

facebook | bandcamp

Close