Close
Close

Votre panier est vide.

Poulet chicharronique, fromage feta et les Beatles – L’entrevue bouffe non conventionnelle de Ramon Chicharron

Poulet chicharronique, fromage feta et les Beatles – L’entrevue bouffe non conventionnelle de Ramon Chicharron

C’est avec un concert de lancement à Montréal le 24 mai prochain au O Patro Vys que «Merecumbé» sera célébré. Ramon Chicharron explique avoir écrit cet album en pleine jungle du Costa Rica, entouré de singes hurleurs et de végétations impressionnantes. Le merecumbé, style musical des années 50, est un mélange de cumbia autochtone et de merengue issu de la région caribéenne colombienne. Les paroles du merecumbé portent en fait le message du peuple. Avec cet album, l’auteur-compositeur-interprète souhaite justement diffuser un message de prise de conscience concernant l’environnement à l’aide de sonorités qui revisitent divers rythmes folkloriques à la sauce contemporaine. Des messages importants et des mélodies égayantes qui donnent le gout de bouger et célébrer. Bref, on aime déjà «Merecumbé» et il risque bien de devenir la bande originale de nos soirées estivales!

On a posé nos questions bouffe à Ramon, et si une personne sait faire du vrai riz de coco dans la salle, qu’elle se manifeste!

Qui es-tu, quel est ton parcours?

Je suis Ramon Chicharron et je suis né à Medellin en Colombie. Je suis le seul musicien de ma
famille et je suis autodidacte. Je chante, je joue de la guitare, de la basse, des percussions, et
j’enregistre moi-même ma musique. J’ai appris l’enregistrement avec le logiciel Logic Pro il y a
quelques années et j’ai récemment commencé à apprendre avec un ami (et Youtube) le mixing
et mastering et à utiliser Ableton, qui m’ouvre vraiment sur plein de possibilités et de nouveaux
sons. J’aime beaucoup être indépendant lorsque j’enregistre et choisir les gens avec qui j’ai
envie de travailler, mais sans avoir à dépendre de quelqu’un pour que mes chansons prennent
vie.

Comment décrirais-tu ton univers musical?

Je suis vraiment inspiré par les vieux rythmes de la Colombie comme la cumbia, que mes
parents écoutaient quand j’étais jeune. En vivant à Montréal et en voyageant beaucoup, j’ai rencontré des
musiciens de partout et je pense que ma musique est vraiment un mélange de toutes ses
rencontres et ses inspirations. Par exemple, quelques-unes de mes chansons ont des mélodies
qui rappellent beaucoup le soukous du Congo et d’autres chansons ont des mélodies de guitare
qui rappellent la cumbia psychédélique du Pérou.

Quelle est ta relation avec la nourriture?

J’adore manger, mais je n’aime pas vraiment cuisiner. Ce que j’aime le plus de Montréal, c’est
de pouvoir manger de la nourriture de partout. Je mange très souvent vietnamien et indien, et
j’adore les sushis.

Es-tu aussi doué avec les fourneaux que pour la musique?

Je suis plutôt celui qui accompagne à la guitare lorsque les gens cuisinent. J’aime cuisiner le
matin et prendre mon temps pour déjeuner, mais sinon, je cuisine presque toujours la même
chose ou je mange à l’extérieur.

Quelle musique écoutes-tu lorsque tu cuisines?

J’aime écouter la radio en ligne de Gladys Palmera. Ils ont des supers bons podcasts et font
passer autant de la musique latine des années 50 que de l’électrotropical. Sinon je mets une
playlist de Jorge Ben ou Ruben Blades.

Si tes tounes étaient un plat, quel serait-il?

Ma recette de poulet chicharronique avec beaucoup de coriandre et de salsa verde la Costeña…
Et du fromage feta.

https://www.instagram.com/p/BcBkCMTjweV

Quels sont les aliments dont tu ne peux jamais te passer?

Le fromage feta et la salsa verde parce que c’est full sabroso!

As-tu ramené avec toi des compétences culinaires du Costa Rica où tu as composé ton nouvel
album?

J’étais sur la côte caraïbe de Costa Rica et une de leur spécialité est le riz de coco (comme dans
beaucoup d’endroits des Caraïbes)… J’ai essayé d’en faire, mais je pense qu’il me manque des
ingrédients secrets parce que ça ne goûte pas du tout pareil!

Ton dernier repas et la dernière musique que tu écouterais… Si tu devais mourir demain?!

Une soupe tonkinoise et un vieil album de Bob Marley.

As-tu des demandes spéciales aux promoteurs de spectacles lorsque tu es en tournée?

Je n’en suis pas encore à avoir des demandes spéciales en tournée, mais quand le moment arrivera, je demanderai une salade de saumon fumé et des fromages.

https://www.youtube.com/watch?v=ueft8dvUG3g

Quel est ton plus gros «fail» culinaire?

J’ai voulu essayer de faire une soupe tonkinoise chez moi, et bizarrement la recette disait de mettre du chou mauve et des épices dont je n’avais jamais entendu parlé (finalement ce n’était peut-être pas une recette de soupe tonkinoise…) Je pense qu’elle est restée une semaine dans mon frigo.

…Et ton plus gros «fail» musical?

Avoir voulu chanter «Yesterday» des Beatles dans un concert organisé à mon école
secondaire… C’était la première fois que je chantais en public et j’ai oublié les paroles… Et je
ne parlais pas anglais!


Si je t’invite à souper, qu’est-ce que je devrais cuisiner et mettre comme musique pour t’impressionner?

Du saumon au sirop d’érable et de la musique brésilienne.

L’artiste lancera son album jeudi 24 mai 2018 sur la scène du O Patro Vys.

Prochaines dates de spectacle: 20 juin: Ouverture des jardins Cra-Terre, Mile-Ex, Montréal/ 7 juin: Balattou/ 5 juillet: Zone Musique dans le Vieux-Port de Montréal/ 11 juillet: Square Dorchester, Montréal/ 2 août: Parc Valois, Montréal.

Ramon Chicharron

site webfacebook | instagram | youtube

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓