Close
Québec: à chaque quartier sa placette

Québec: à chaque quartier sa placette

L’arrivée du mois de septembre annonce la fin de la belle saison. En plus des barbecues, du temps chaud et des terrasses, c’est également aux installations urbaines estivales que nous devrons dire au revoir. Stationnements pour piétons, galeries d’art urbain, micro-potagers, espaces pianos… Vue sur un phénomène créatif et participatif en pleine émergence.

Au cours de l’été, de nombreuses installations temporaires se sont ajoutées au paysage urbain québécois. Ces interventions ont pour objectif commun la réappropriation citoyenne de l’espace public, par des aménagements animés, festifs et ludiques. Éphémères et à faible coût, elles permettent de tester la revitalisation de certains secteurs. Le phénomène, déjà bien répandu en Europe et aux États-Unis, a pris d’assaut la province de Québec depuis peu et la Vieille-Capitale n’y a pas échappé.

À Québec, les quartiers Limoilou, Montcalm et Saint-Roch se sont munis au cours de l’été de placettes extérieures: la Plaza Limoilou, la Placette Cartier et le SPOT. Dans leur secteur respectif, ces installations temporaires réunissent les gens, encouragent la consommation dans les commerces voisins et promeuvent le travail de concepteurs d’ici.

Désireux de faire le point sur ces trois espaces qui ont caractérisé l’été 2015 à Québec, voici un bref aperçu de ces projets qui, on le souhaite, reviendront en 2016.

Plaza Limoilou
Née de l’initiative de la Ville de Québec et orchestrée par Ex-Muro arts publics et Groupe A/Annexe U, la Plaza Limoilou est un espace animé situé à la jonction de la 3e Avenue et de la Canardière.

Constituée de mobilier urbain tel que des bancs, des parasols et de petites tables, la Plaza Limoilou comprend un podium de bois accueillant un jeu de mini-golf, qui peut être utilisé en guise de scène lors d’évènements variés. Toutefois, c’est par ses peintures au sol que la placette se démarque, une réalisation de l’artiste Roadsworth. Les œuvres, dynamiques, s’étendent jusqu’aux rues voisines et invitent les passants à se réunir à la Plaza.
Évènementiel et artistique, l’endroit accueille jusqu’à la mi-octobre des activités diverses. Elle représente la première phase d’un projet visant le réaménagement de l’intersection. Un sondage est d’ailleurs disponible en ligne et permet d’évaluer la faisabilité et l’appréciation du projet.

Placette Cartier
Inaugurée cet été et présente jusqu’en octobre, la nouvelle placette du quartier Montcalm se situe à la jonction de la rue Cartier et du boulevard René-Lévesque.

La Ville de Québec ayant proposé un aménagement temporaire dans cet espace autrefois vacant, deux étudiants de l’École d’Architecture de l’Université Laval en ont profité pour suggérer une bonification. Ainsi, Marc-Antoine Viel et Simon Parent ont pensé un mobilier urbain multifonctionnel aux couleurs vives. La configuration angulée permet de multiples scénarios d’utilisation et accueille des usagers de tout âge.
À l’image de la Plaza Limoilou, la Placette Cartier autorise l’expérimentation de l’endroit en vue de la création d’une place permanente l’été prochain. Quant au mobilier, il sera récupéré et installé ailleurs à Québec.

SPOT
Désormais fermée, la sympathique place ouverte à tous (SPOT) était un espace extérieur multifonctionnel situé sur Saint-Vallier Est, dans la cour de l’ancien centre funéraire Lépine Cloutier.

Inoccupé jusqu’à cet été, l’endroit s’est vue transformé, en partie grâce à l’implication de cinq firmes d’architecture de Québec et de Montréal, supervisés par des étudiants de l’École d’Architecture de l’Université Laval. On y comptait plusieurs installations dont un bar, un espace pour manger et un vaste carré de sable.

Le SPOT a accueilli tout au long de la période chaude plusieurs activités variées telles que des spectacles, du cinéma en plein air, des cours de swing, des séances de yoga et des conférences. En plus de constituer un lieu de détente et de rencontres, le SPOT permettait de mettre en lumière le travail d’artistes d’ici, tant dans le domaine architectural qu’artistique.

Désireux de recréer le SPOT l’été prochain, les organisateurs recueillent actuellement tous commentaires et propositions de la part des citoyens.

La Plaza Limoilou, la Placette Cartier et le SPOT représentent des installations temporaires qu’on a aimé découvrir à l’été 2015. En plus d’encourager la collaboration citoyenne et le travail d’artistes d’ici, ils ont certainement autorisé l’amorce d’une réflexion sur la nécessité des espaces publiques à échelle humaine dans nos villes. Au plaisir de les revoir en 2016!

Crédit photo: SPOT
» Consulter les archives de la chronique Créatique

Close