Close
Close

Votre panier est vide.

Festival Organigramme: solidarité et mixité

Festival Organigramme: solidarité et mixité

Un nouveau venu sur la scène des festivals à Montréal s’active ces jours-ci, jusqu’au 6 juin pour être précis. Célébrant la culture indépendante underground, il se nomme Organigramme et sa programmation foisonne de soirées festives et éclatées, appelant à la découverte. Entrevue avec Phil Ouellet, organisateur principal et membre de la coop Coup d’griffe, entité chapeautant le festival dont Baron est commanditaire média.

Le mot organigramme réfère au schéma de l’organisation d’une société ou d’une entreprise. Le nom n’est pas anodin, puisque c’est en discutant d’un projet de documentaire qui ferait ledit organigramme de la scène indépendante avec le collectif de cinéastes Nesto Cienfuegos que l’idée d’un festival germe dans l’esprit de Ouellet. Pourquoi simplement recenser quand on peut du même coup créer des ponts? « L’organigramme est en train de se construire, c’est une première année, et c’est qu’on veut c’est qu’il grandisse, parce que c’est ce qui définit une culture. »

Les capsules vidéos disponibles sur le site web du festival, au nombre de sept pour le moment, témoignent de cette volonté de garder des traces et constituent la fondation du projet de documentaire. Dans chacun des courts-métrages est mis en vedette l’un des organismes qui a pris part à l’organisation du festival. Une fois le marathon d’événements terminé, la troupe se réunira pour visionner le matériel vidéo récolté dans les deux semaines de l’événement et planchera sur la suite: dans le meilleur des cas, un film et une deuxième édition.

https://vimeo.com/128834971

Pour bâtir une programmation aussi éclatée se déployant en des lieux multiples, Ouellet a fait appel à son réseau: « en fait c’était pas si complexe que ça: j’ai appelé pas mal d’amis! », raconte-t-il en riant. Il faut dire que l’expérience acquise lors de l’organisation des trois années consécutives du Fabuleux Festival International du Folk Sale au Saguenay est mise à profit: « Ça a été un bon rodage. C’est sûr que là c’est différent, parce que là on fait un festival en ville, c’est vraiment une autre approche. » Une volonté de ne pas se restreindre au son « folk sale » justement, et d’ouvrir la porte à d’autres sonorités comme le disco de la bande des Guerres d’l’amour, les effluves expérimentales et planantes de la bande de Jeunesse Cosmique ou le hip-hop à saveur lusophone de Donzelle. Pour le reste, « la programmation s’est construite par [ce que] chaque organisme voulait présenter aussi », chacun d’entre eux s’étant grandement impliqué dans le festival.

Si Organigramme veut célébrer la multiplicité des artistes indépendants underground et multiplier les collaborations entre eux, il compte aussi « inviter les gens à découvrir autre chose. » Trouvant dommage la tendance d’une frange du public underground à se montrer hermétique à de nouvelles catégories musicales ou artistiques, l’équipe du festival souhaite décloisonner les arts et encourager le public à « parcourir quelque chose de différent, qu’[il puisse] se retrouver dans l’idéologie mais dans un style complètement différent. » D’où une soirée mêlant cinéma et musique le 5 juin au Touski, ou encore art imprimé, cirque et musique en spectacle de clôture le 6 juin au Bain Mathieu. Entre autres choses.

Festival Organigramme
site officiel | page facebook
jusqu’au 6 juin.

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓