Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
L’appétit des émotions : Entrevue musico-bouffe avec Mathieu Bérubé

L’appétit des émotions : Entrevue musico-bouffe avec Mathieu Bérubé

Après Saudade et Roman-savon, l’auteur-compositeur-interprète Mathieu Bérubé présentera le 12 novembre prochain son troisième album appelé COUCOU. C’est sous une musique pop qu’il nous dévoilera des textes flâneurs et délicats.

Entrevue avec l’artiste, dont l’univers est empreint de sensualité, de plaisir et d’émotion.

Qui es-tu, quel est ton parcours? 

J’apprends à me connaître en vieillissant, mais je dois dire que c’est toujours une question costaude. Quant à mon parcours, je ne saurais en dire quoi que ce soit sinon qu’il me surprend chaque année.

Comment a démarré ton aventure dans la musique?

J’ai souvenir d’une guitare classique dans un sous-sol, celle de mon père. Je crois qu’elle avait été peu jouée.

Comment décrirais-tu l’univers musical de Mathieu Bérubé?

Je trouve que la sensualité, au sens premier du mot qui implique le plaisir des sens, détermine bien l’amalgame de mes chansons.

L’appétit des émotions : Entrevue musico-bouffe avec Mathieu Bérubé

L’une des chansons de ton nouvel album COUCOU s’intitule « Fettuccine ». Bien qu’elle parle d’amour passionnel, quelle est ta relation avec la nourriture?

Je dirais que la faim est pour moi un concept particulièrement abstrait, c’est-à-dire que je mange par plaisir plus que par nécessité. Mes émotions s’incarnent en mon appétit.

Es-tu aussi doué derrière les fourneaux que sur scène?

Ma cuisine se développe au même rythme que ma personnalité.

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique lorsque tu cuisines?

Je n’ai pas acquis d’habitude, mais la radio parlée l’emporte souvent. J’aime beaucoup les émissions de France Culture.

Quelle est la première recette que tu as appris à faire?

Je n’apprécie pas tellement les recettes, je préfère improviser malgré les nombreux échecs. C’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Quels sont les aliments dont tu ne pourrais jamais te passer et pourquoi?

Depuis quelque temps, j’ai de la difficulté à me séparer de mon avoine le matin. Elle m’offre un sentiment de soin personnel formidable. De façon plus générale, j’apprécie beaucoup le gluten et le lactose.

Quel est ton plus gros « fail » culinaire?

Il y en a eu plusieurs et il y en aura toujours; ce n’est pas sans lien avec ce qui concernait plus haut les recettes.

… Et ton plus gros « fail » musical?

Je suis assez dur avec ce que j’ai fait dans le passé, alors je laisse le soin aux autres de juger ce qui est raté. Sinon, on a déjà annulé un spectacle puisqu’il n’y avait personne dans la salle d’un certain village. J’en garde un souvenir amusant.

Si je t’invite à souper, qu’est-ce que je devrais cuisiner et passer comme musique pour t’impressionner?

Je ne suis pas difficile. Je serais surtout curieux de savoir ce que tu choisirais dans les deux cas.

Ton dernier repas et la dernière musique que tu écouterais… Si tu devais mourir demain?! 

J’opterais pour des pâtes fraîches, suivi d’un quelconque dessert crémeux et fruité. La musique pourrait être les chansons d’Aragon et Ferré.

Quels sont tes prochains projets?

Je travaille en parallèle sur des études universitaires qui me mèneront Dieu seul sait où. Je développe aussi mon autonomie en studio, ce qui me permettra peut-être d’approcher un prochain enregistrement rapidement. Finalement, j’apprends lentement le russe qui est une langue que j’ai toujours jugé splendide; j’espère pouvoir y mettre le temps nécessaire.

Mathieu Bérubé

site web | facebook | instagram

Close