Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Info Liquidation Recycle : une entreprise spécialisée dans le recyclage de matériel informatique et électronique usagé.

Info Liquidation Recycle : une entreprise spécialisée dans le recyclage de matériel informatique et électronique usagé.

Si aujourd’hui le recyclage fait partie intégrante du quotidien de chacun, Éric Després fait figure de précurseur dans son domaine avec son entreprise Info Liquidation Recycle. Créée en 2005, la firme est spécialisée dans la récupération et le recyclage de matériel informatique et électronique  usagé d’entreprises dans le secteur du Grand Montréal. Rencontre avec le fondateur et directeur de la compagnie.  

Partir de rien

« J’ai commencé seul dans mon sous-sol en achetant des lots de produits informatiques que les gens n’utilisaient plus. C’était une sorte de side-line, raconte le directeur de l’entreprise. Puis, avec 1 000 $ en poche, je me suis acheté un camion et j’ai loué un local de 300 pieds carrés. En 2008, j’ai déménagé dans un local de 1 000 pieds carrés et c’est devenu mon activité à temps plein. Ça m’a conduit à investir un local de 3 000 pieds carrés en 2010 jusqu’en novembre 2020, où j’ai acheté un entrepôt de 6 000 pieds carrés. » En constante évolution, la compagnie a vu son équipe croitre également. « À partir de 2008, j’ai eu un employé, puis deux puis quatre. Aujourd’hui ça varie, mais dans les grosses périodes on peut monter jusqu’à sept employés ». 

Un service simple et efficace

Uniquement destiné aux entreprises, que ce soit pour les PME, les multinationales, les agences gouvernementales, etc., le service se veut simple et gratuit. En effet, lorsque celles-ci souhaitent se débarrasser de leurs matériels informatiques usagés, il leur suffit d’en faire la demande via le formulaire de ramassage. « En général, on récupère le matériel deux à trois jours après la demande. D’ordinaire, j’ai au moins un à deux camions qui circulent tous les jours, ce qui représente entre quatre et huit ramassages par jours, déclare Éric Després. À l’année, ça représente plus de 1 000 ramassages par année pour pour un volume de plus de 400 000 tonnes de matériels recyclés, c’est à dire le matériel informatique désuet, défectueux ou brisé. On s’occupe également de la destruction de données sensibles sur les disques durs, les téléphones cellulaires ou les clés USB ».

Recycler ou réparer

Une fois le matériel récupéré, l’équipe d’Info Liquidation Recycle s’occupe de lui redonner de la valeur selon différents procédés. « Soit on offre une deuxième vie à l’appareil en le réparant et le revendant, sinon on revend les pièces et si vraiment on ne peut plus rien en faire, on le recycle pour les métaux précieux comme l’or, le platine, le cuivre, l’aluminium, explique le chef d’entreprise. Pour le recyclage et la refonte, plus l’appareil est vieux et plus il contiendra de métaux précieux, car, par exemple, l’or coutait beaucoup moins cher, il y a 20 ans qu’aujourd’hui. Tandis que pour la réparation et la revente, c’est mieux que le matériel soit récent. On vend seulement en ligne ou en gros pour les magasins spécialisés. Je dois dire que les ventes en ligne ont explosé durant la pandémie, j’ai dû parfois travailler 7 jours sur 7 avec l’aide de ma conjointe ».

Fonctionner et se développer de manière responsable

Consciente des enjeux sociaux et environnementaux, l’entreprise cherche à développer son activité dans les meilleures conditions et en accord avec ses valeurs. « On est toujours à la recherche de meilleurs partenaires pour récupérer le matériel le plus écologiquement possible. Affirme Éric Després. Je pense notamment à ceux qui nous rachètent la “scrap informatique” par palette, j’essaye d’avoir le meilleur prix mais aussi que ça soit fait de la meilleure façon possible. De ce fait, je ne veux pas que ça se retrouve dans des pays comme en chine ou au Pakistan où les conditions de travail sont terribles. Par exemple, pour la récupération des métaux, on fait affaires avec une compagnie de Rouyn-Noranda qui récupère l’or, le cuivre dans les circuits imprimés. C’est très important que ça reste au Canada, et même plus précisément au Québec et en Ontario, et que ça se retrouve le moins possible dans les sites d’enfouissement. Parfois, ça nous arrive aussi d’exporter vers les É.-U., mais dans tous les cas, il faut que ça soit fait dans les meilleures conditions possibles ».

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site d’Info Liquidation Recycle

 

Close