Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
L’agriculture urbaine au cœur des enjeux

L’agriculture urbaine au cœur des enjeux

L’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie désire se positionner davantage dans une transition écologique pour un meilleur accès à l’agriculture de proximité, en collaboration avec le Laboratoire sur l’agriculture urbaine.

Cet arrondissement de Montréal opte pour une politique d’agriculture urbaine en augmentant le nombre de parcelles vertes et en misant sur l’implication citoyenne, pour les neuf prochaines années. L’objectif est de miser sur le plein potentiel des espaces, qu’ils soient commerciaux, résidentiels, industriels ou communautaires, en connectant les acteurs des terrains avec les citoyens.

Afin de garantir la mise en place de cette politique, une Coopérative agricole urbaine voit le jour pour faire les suivis nécessaires, tout en proposant des services et produits agricoles.

Parmi les initiatives qui seront mises de l’avant:

  • Favoriser la pratique de l’agriculture urbaine en secteur résidentiel
  • Des jardins libres d’agriculture urbaine
  • Des vergers urbains et de forêt nourricière dans les parcs
  • Des fermes maraîchères et des serres sur toit dans des secteurs fortement minéralisés comme Marconi-Alexandra et Espaces Affaires Rosemont
  • Des serres urbaines en cour avant et à l’intérieur de bâtiments
  • Des projets combinant culture maraîchère sur toit et vente de légumes frais

En 2020, Rosemont-La Petite Patrie avait entre autres installé neuf jardins communautaires, plus de 1170 jardiniers, vingt jardins collectifs, planté plus de 1000 arbres fruitiers publics à travers l’arrondissement et distribué 1775 plants de fines herbes et de tomates aux citoyens.

«Rosemont-La Petite-Patrie se démarque depuis plusieurs années par sa grande diversité d’initiatives d’agriculture urbaine! Cette politique permettra de démocratiser davantage cette pratique en maximisant l’accès aux citoyens à des espaces de jardinage libre dans les parcs, à un carré d’arbre comestible ou encore à des paniers de produits issus de l’agriculture urbaine dans leur épicerie du quartier. L’idée est aussi de fédérer les acteurs et les initiatives pour propulser de nouvelles pratiques, exploiter une diversité de lieux de production afin de faire de l’agriculture urbaine un puissant levier de résilience alimentaire, d’économie locale et de cohésion sociale!», explique François William Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

Close