Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Nicolas Skorupka, concepteur de projets pédagogiques, designer graphique et artiste multiplateforme

Nicolas Skorupka, concepteur de projets pédagogiques, designer graphique et artiste multiplateforme

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?

Je m’appelle Nicolas et j’ai 39 ans. Mes parents m’ont offert une éducation très libre et riche en découvertes. J’ai donc eu un parcours assez éclectique. Originaire de Dijon, en Bourgogne, France, où j’ai étudié les langues, la pédagogie et l’histoire de l’art (avec un passage par l’atelier d’un sculpteur). J’ai ensuite quitté la France pour vivre pendant des années en Angleterre, en République dominicaine et à Hawaii, sans compter d’autres voyages par-ci par-là… J’y ai principalement gagné ma vie comme interprète, traducteur et formateur en langues. Mais j’ai toujours réservé une large part de mon temps pour des activités bénévoles ainsi que pour la création artistique, en particulier la sculpture et, ces dernières années, le travail graphique. La vie m’a forcé à revenir en France où j’habite maintenant sur la Côte d’Azur.

Votre emploi actuel?

Je suis concepteur de projets pédagogiques multimédia et formateur en langues, avec quelques incursions dans le domaine du design graphique. Je suis également artiste (dessin, sculpture).

Dans quelle ville?

À Nice, sur la Côte d’Azur.

Un mot pour définir quel type de travailleur vous êtes: 

Je pense être persévérant, non conventionnel, et attaché au côté créatif et humain de chaque projet.

Quels outils sont essentiels à votre vie? 

Comme beaucoup, je travaille et je vis avec toute sorte d’outils multimédias et technologiques. Pour moi, Behance est une superbe fenêtre ouverte sur la créativité sous toutes ses formes! C’est d’ailleurs l’unique plateforme internet sur laquelle je me suis fixé. Mais la pierre, le bois et le papier (et tous les outils qui les accompagnent) sont mes véritables «essentiels»…

À quoi ressemble votre espace de bureau?

Mes espaces sont multiples puisque mon activité l’est aussi… 

Un bureau agrémenté d’une magnifique racine de bois de rose de Polynésie en attente de sculpture, des salles de cours, la ville elle-même!

Artistiquement parlant, j’ai toujours été un «nomade», sans jamais vraiment avoir d’atelier fixe pour la sculpture. Jusqu’à peu, je sculptais au milieu de la colline boisée face à ma maison. Un ami m’a dernièrement offert un espace parfait pour installer plus durablement mes blocs de pierre et mes outils, et mon épouse a acheté une table pliante très ingénieuse qui est devenue mon plan de travail graphique!

Qu’écoutez­-vous comme musique en travaillant? 

Du jazz et des musiques électroniques avec une nette préférence pour le label NinjaTune (quelques noms: The Cinematic Orchestra, Submotion Orchestra, Nils Peter Molvaer, Amon Tobin, etc). Les fréquences de la trompette et certaines rythmiques propres au jazz m’aident à entrer en résonance avec ma recherche intérieure. La fusion Jazz et musique indienne/orientale a le même effet (Shakti, Dhafer Youssef…).

Avez­-vous une façon d’organiser vos journées pour optimiser votre travail? 

Je n’ai jamais vraiment trouvé de «recette magique». Entre la formation, la conception et la gestion de projets pédagogiques, le bénévolat et la création artistique, mes journées sont un patchwork constamment remanié… Le reste se fait à l’émotionnel et à l’énergie pure avec une bonne dose d’improvisation.

Quels trucs donneriez­-vous pour améliorer la productivité?

Je ne suis pas sûr d’être le mieux placé pour parler de «productivité» puisque l’ensemble de mes activités professionnelles, bénévoles et artistiques relève plus de l’affect, du rapport humain et de la communication… 

En fait, je suis même assez «fâché» avec cette notion. D’ailleurs, ne jamais sacrifier la créativité au profit de la productivité me semble essentiel pour tirer une vraie satisfaction de son travail en terme de résultat.

Vous êtes meilleur que vos collègues de travail pour…

Je travaille avec des collaborateurs créatifs et pointus donc «meilleur» n’est probablement pas le mot que j’emploierais, mais, encore une fois, la capacité à envisager un projet sous un angle non conventionnel semble être l’une de mes caractéristiques. La constante recherche plastique et artistique qui m’habite s’exprime dans mes diverses activités et me permet d’apporter une certaine «touche distinctive» à mes différents projets.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné?

«Sois humble! Ce n’est pas un signe de faiblesse mais de force.»

Quel est votre meilleur truc pour sauver du temps?

Dormir peu: se lever tôt et se coucher tard!

Quelles sont vos routines de fin et de début de journée? 

Je la commence en dessinant à la table de ma boulangerie favorite, et je la finis en dessinant… Bien plus qu’une routine, c’est une nécessité intérieure. Dessiner le matin me permet «d’activer» une certaine créativité pour le reste des activités de la journée. C’est souvent durant ce moment que certains blocages (d’idées, d’organisation, émotionnels…) se résolvent d’eux-mêmes.

Mis à part votre ordinateur et votre téléphone, de quel gadget ne pouvez ­vous pas vous passer?

Honnêtement, pas de gadget, mais ma moto et mon chat, certainement!

Nicolas Skorupka

behance

Close