Close
Close

Votre panier est vide.

Autour de la création de Sven le terrible

Autour de la création de Sven le terrible

À propos de Sven

L’histoire est amusante. Sven le terrible multiplie les découvertes de trésors, l’abordage de navires ennemis et les confrontations avec Kit Malouf, son plus grand opposant. Mais depuis quelque temps, il a perdu le feu sacré, il n’a plus le coeur à l’aventure. C’est évident : il a besoin de vacances. Un pirate peut-il prendre des vacances? Difficile…

L’histoire est parsemée de surnoms et de prénoms rigolos. Il y a aussi beaucoup d’onomatopées et d’interjections qui rendent la lecture animée et comique. Pour un parent, c’est plaisant à lire. Eh puis Ouille!, Pouah!, Outch!, ça fait rire à tout coup les petits! Orbie a placé ça et là plusieurs phylactères qui rendent l’aventure encore plus dynamique.

Le travail d’Orbie

Orbie, c’est Marie-Ève Tessier-Collin, une artiste qui vit à Cap-d’Espoir en Gaspésie. Elle fait de la bédé et de l’illustration depuis 2008. Son travail sur Sven le terrible s’est échelonné sur quelques années : « Rhéa m’a parlé de ce projet à l’été 2013. C’est un projet de livre qui remonte à loin! Cet été-là, j’ai commencé à dessiner, nous avons proposé le projet aux 400 coups et il a été accepté. Finalement, je suis tombée enceinte de Louis, ce qui a retardé le processus et l’été où je devais terminer le livre, je suis tombée enceinte de Madeleine. Donc, j’étais très contente de le finir ce livre quand je l’ai fini! Ça faisait trois ans que j’essayais de le faire et de le terminer. Je n’arrêtais pas d’être enceinte tout le temps! Pas d’enfant, pas de livre et trois ans plus tard, deux enfants et trois livres! (La petite truie, le vélo et la lune, Les vacances et Sven le terrible) »

L’illustratrice confie être sortie de sa zone de confort pour créer l’univers visuel de Sven le terrible : « J’angoissais vraiment à faire des batailles. Plein de personnages en même temps, dans des décors de bateaux avec des épées et des bagarres… C’est le contraire de ce que je fais d’habitude. Quand j’ai commencé à faire les batailles, j’ai écrit à Renaud aux 400 coups (directeur artistique) en panique. Je lui ai dit : Je ne suis pas capable de faire des gens qui se battent! Ce que je fais est toujours joyeux et je ne suis pas capable de faire des batailles! Ça ne marchait pas. La grosse bataille du début et de la fin du livre, j’ai gardé ça pour la fin. Renaud m’a dit : Les pirates aiment se battre! Vois ça comme un jeu, vois ça comme de la lutte. Il m’a donné plein de noms de prises de lutte et à partir de là, j’ai vraiment débloqué. J’ai réussi! Dans le livre, les pirates ont du fun, ils aiment se chamailler. Je raconte cette anecdote parce que c’est ce qui m’a le plus marqué de mon travail créatif pour ce livre. »

Puisque l’univers des corsaires ne lui était pas familier, Orbie a dû faire beaucoup de recherche visuelle pour créer les personnages : « J’ai cherché plein d’idées de pirates. Je n’avais pas de décors compliqués à faire; c’était plus les costumes, les visages, les épées. J’ai fait des pages et des pages de chapeaux, d’épées de pirates, de bottes de pirates, de positions aussi pour les batailles. Ça me pratiquait à dessiner des pirates, à me mettre dans le bain. Une fois que j’ai fait ça, j’ai pu designer mes personnages, trouver à quoi les personnages allaient ressembler. J’ai monté des équipes. »

Quel est son personnage préféré? « J’ai eu vraiment du fun à dessiner les singes. Je pense que ce sont mes personnages préférés, même si on les voit une fois et demie », raconte-t-elle.

Orbie sera au Salon international du livre de Québec prochainement pour discuter du livre avec le public. Elle aura des planches originales à montrer. Elle va aussi animer un atelier sur le processus créatif de Sven le terrible. En parallèle, l’artiste travaille sur un nouveau projet de livre. Elle dessine des paresseux ces temps-ci…

_______________________________________________________

Au Salon international du livre de Québec :

Samedi 8 avril : 10 h 30 à 11 h 30, 14 h 00 à 15 h 30 (kiosque des Éditions Les 400 coups)
Dimanche 9 avril : 11 h 00 à 12 h 30 (kiosque des Éditions Les 400 coups)
Atelier : dimanche 9 avril, 13 h 25 à 13 h 55 (Scène Jeunesse Desjardins)

Site Web de l’artiste

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓