Close
Close

Votre panier est vide.

« C’est à l’artiste de créer la magie! » – Mathieu Pontbriand, fondateur de La Grosse Lanterne

« C’est à l’artiste de créer la magie! » – Mathieu Pontbriand, fondateur de La Grosse Lanterne

L’été, les festivals en pleine ville pullulent. Plus rare d’assister à des spectacles en pleine nature? Oui, mais La Grosse Lanterne a décidé d’y remédier. Le festival, qui en sera à sa deuxième édition les 7 et 8 août prochains à Béthanie, propose un concept original: de la bonne musique, du camping, du BBQ… Tout ça, en pleine forêt. Un des fondateurs, Mathieu Pontbriand, a accepté de jaser de cet événement hors du commun.

Pour le mélomane, qui fait partie du groupe Pawa Up First et qui travaille comme directeur de tournée et de production depuis plus d’une vingtaine d’années, l’idée a pointé le bout du nez il y a 3-4 ans. « Ce n’est pas nécessairement la réaction à un manque: le marché montréalais est très saturé. C’était clair qu’on devait sortir de Montréal. Il y a beaucoup de festivals de ville en région, mais moins d’événements avec une signature. »

Une signature écolo et locale

D’où l’idée d’aller dans le bois, « de présenter un festival avec une signature écolo et locale à l’extérieur de Montréal ». C’est-à-dire? « La Grosse Lanterne se veut un festival qui éclaire sur les bons modes de vie à prendre. Bien manger, respecter la nature, acheter local… Les festivaliers pourront boire de l’alcool d’ici, manger des produits du terroir… » Mais attention: on parle bien ici de nourriture et produits divers que les festivaliers pourront découvrir plutôt que de la musique. « Je ne suis pas du tout fermé à faire jouer un groupe de l’extérieur du Québec!»

Cette année, c’est Malajube, Loud Lary Ajust, Koriass, Heat, Milk & Bone, Ponctuation et Country qui seront de la partie. Côté sélection, Pontbriand explique que c’est Bonsound Concerts, un des partenaires du festival, qui a mis la main à la pâte. En voyant ça, on pourrait penser que tous les artistes présentés au festival sont signés par le label. « Pas du tout. On prend des artistes de tous horizons, peu importe qu’ils soient signés ou indépendants. » Et c’est clair: l’ouverture est à la base du festival. Bands locaux oui, mais aussi d’ailleurs. « L’idée, c’est la bonne musique! »

Étant lui-même musicien – signé avec Dare To Care Records pour Pawa Up First, le fondateur de La Grosse Lanterne en connaît un rayon sur la scène indépendante et alternative. Selon lui, la responsabilité revient toujours à l’artiste. « D’une manière ou d’une autre, j’ai l’impression qu’aujourd’hui, les bands gèrent pas mal leur carrière. C’est à l’artiste de créer la magie et de faire avancer les choses, pas au label. »

La Grosse Lanterne
1801 Chemin de Béthanie, Béthanie
7 et 8 août 2015

Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓