fbpx
Close
« Ce n’est pas la barbe que je prends en photo mais la personne qui la porte » – Brock Elbank

« Ce n’est pas la barbe que je prends en photo mais la personne qui la porte » – Brock Elbank

Avis aux pogonophiles et aux amateurs du Movember, vous pouvez aujourd’hui assumer pleinement votre amour pour la barbe. Vieux ou jeunes, acteurs ou tatoueurs et même quelques femmes célèbrent son retour en force. Dans son exposition Beard au Somerset House de Londres, le photographe britannique Brock Elbank expose son travail du 5 au 29 mars 2015.

Tout est parti de la rencontre entre Brock Elbank et l’australien Jimmy Niggles. Suite au décès dû au cancer de la peau d’un de ses proches, J. Niggles décide de lancer une campagne intitulée Beard Season. Son point de départ: laisser pousser sa barbe jusqu’au niveau de sa taille et s’en servir pour éveiller les consciences par rapport à la maladie. Fasciné par la pilosité faciale, B. Elbank décide de soutenir le projet en photographiant 60 personnes portant la barbe. Le #Project60 est diffusé sur les réseaux sociaux – dont l’efficacité au niveau communicationnel n’est plus à prouver – et rencontre très vite un franc succès. 1 200 candidatures pour participer au projet sont envoyées. Les sélectionnés n’ont pas hésité à voyager à leurs frais jusqu’au Warwickshire en Angleterre, contrée du photographe, pour se faire tirer le portrait. Le résultat, un florilège de « belles gueules » comme le modèle Ricki Hall, le tatoueur Miles Better, mais aussi l’acteur John Hurt ou encore l’anglaise Harnaam Kaur, une femme souffrant du syndrome des ovaires polykystiques dont la surpilosité faciale est un des effets secondaires.

Dans une interview accordée au Guardian en décembre dernier, il explique sa démarche : « On m’a classé dans la catégorie des photographes de barbes, mais je n’en suis pas un, c’est juste un sujet intéressant pour mes portraits. […] Je veux dire, nous avons shooté des personnes avec une barbe qui leur descendait jusqu’à la taille, ce qui est évidemment très impressionnant, mais j’espère que les gens verront au-delà de ça dans mes photos. Ce sont juste des gens intéressants, toute une partie de la société qui va être rassemblée au sein de cette exposition »

Même si bon nombre des clichés sont disponibles sur Internet, la Somerset House a commandé au photographe une dizaine de portraits barbus qui seront exclusivement exposés au centre culturel londonien.

« Beard », du 5 au 29 mars à la Somerset House de Londres (entrée gratuite)

Close