Close
↓ CECI EST UNE PUBLICITÉ ↓
Vernissage des expositions Transcender l’architecture et Le Désordre des choses à la galerie de l’UQAM

Vernissage des expositions Transcender l’architecture et Le Désordre des choses à la galerie de l’UQAM

Baron était à la Galerie de l’UQAM hier soir pour le vernissage Transcender l’architecture de l’artiste Marie-Eve Martel, finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques. C’est à travers une étude entre deux bâtiments – une cabane en bois à Waldon Pond (Concordia, MA) qui s’inspire du livre Waldon ou la Vie dans les bois de Henry David Thoreau et la bibliothèque Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’Université Yale (New Haven, CT) – que l’artiste développe sur ce qu’est un « lieu de la connaissance ».

En simultané avait aussi lieu le vernissage de l’exposition collective Le Désordre des Choses, rassemblant des oeuvres autour des questions de la désobéissance et du désordre pour la dimension démocratique qu’elles renferment et pour les autorités et convenances qu’elles défient. Le public, qui s’était déplacé en très grand nombre hier, pouvait découvrir les oeuvres d’Edith Brunette, de Michel de Broin, d’Arkadi Lavoie Lachapelle, de Mathieu Lefèvre, d’Emmanuelle Léonard, de Christine Major, de Maria Marshall, de Catherine Opie, de Melanie Smith et de Rafael Ortega, de Pilvi Takala et de Rosemarie Trockel.

Transcender l’architecture, par Marie-Ève Martel. Jusqu’au 21 février.
Le Désordre des choses, par Edith Brunette, Michel de Broin, Arkadi Lavoie Lachapelle, Mathieu Lefevre, Emmanuelle Léonard, Christine Major, Maria Marshall, Catherine Opie, Melanie Smith et Rafael Ortega, Pilvi Takala et Rosemarie Trockel. Jusqu’au 21 février.
À la Galerie de l’UQAM.

Close