« Si on filmait l’Angola, ça donnerait Pulp Fiction » – Paulo Flores